Violences faites aux hommes : Mythe et tabou autour d’une réalité

0
116

Dans un pays comme le Sénégal, avec une société où l’homme occupe un rang social important en tant que chef de famille, les faits ne peuvent continuer à être passés sous silence. Alors que les violences faites aux femmes préoccupent partout dans le monde, l’on fait face aujourd’hui à des brutalités  envers des hommes, venant de dames. Des cas violences envers des époux et autres compagnons qui sont désormais une réalité au Sénégal, malgré que cela reste encore un sujet tabou entouré de mythes.

Longtemps entouré de tabou et du fait de la stratification sociale qui les hisse à une position de chef, donc «dépositaires de la force» en quelque sorte, parler des violences faites aux hommes est un sujet si bizarre chez certain. A la fois un mythe et un tabou qui cachent de plus en plus mal une réalité, même s’il n’est pas facile d’en débattre en public. Contrairement aux femmes qui ont peuvent compter sur le soutien d’associations et d’organisations nationales et internationales défendant leur causes, considéré comme le «sexe fort» dans la société, l’homme qui vit aujourd’hui sous les menaces/maltraitances physique, morale, psychologique etc. de sa femme ou de sa petite amie ne semble trouver où et à qui se confier pour une prise charge de sa peine. Si ce n’est tout bonnement le tabou et le regard de la communauté qui l’obligent à garder le silence, à encaisser et souffrir en silence.

Adama Bakayoko, un père de famille dit de ne pas accepter cette violence que subissent des hommes dans leurs familles. «Ce sujet existe dans certaines familles, où des hommes n’ont pas le droit à la parole. Et ils sont contraints à beaucoup de choses. Et ce n’est pas normal en tant qu’homme, le pilier de la famille, d’être menacé par sa femme.»

Père Adama Bakayoko parle d’une mauvaise perception de la loi sur la parité qui joue dans l’esprit de beaucoup femmes qui les poussent à agir de cette façon envers leurs époux. Alors que pour lui, la parité, c’est de respecter son mari et de lui obéir. «Et ce qui me pose problème, c’est cette notion de «parité». Vous voyez, cette notion n’est pas bien claire dans l’esprit des femmes, elles croient que la parité c’est que l’homme et la femme sont égaux en tout, physiquement et psychologiquement. Pour moi, la parité, c’est de respecter son mari, être obéissante. C’est ce que l’Islam et toutes les religions révélées même nous enseignent.»

Un sujet qui fit rire certaine personne, tout en reconnaissant l’existence du phénomène. Assane Thiam, trouvé à Bountou Pikine, témoigne : «je n’arrête pas de rire parce que c’est bizarre, le fait d’être battu par sa femme. En tant qu’homme, il faut avoir le courage et je pense que cela relève d’une faiblesse totale chez ces hommes. Je veux dire par là, avant de se marier, il faut bien choisir, prendre son temps. Mais, si tu épouses une femme que tu n’as pas étudié et qui est plus forte que toi, parce qu’aveuglé par ton amour pour elle, tu vas subir les conséquences».

LE CHANTAGE AU LIT, L’AUTRE «ARME» REDOUTABLE POUR…

Les violences que subissent les hommes ne sont pas que physiques. Elles sont aussi d’ordre verbal, sexuel, économique, etc. exercées à travers des formes de chantage, surtout dans les chambres conjugales.  Cette homme rencontré à Pikine Taly Bou Mack, ayant requis l’anonymat, explique : «ce n’est pas du tout quelque chose dont il est facile de parler. Mais, c’est une réalité que moi-même j’ai vécu. J’avais épousé une femme qui avait plus de pouvoir que moi, dans ma propre maison. Il arrivait, à un moment donné, que je quitte tôt le matin, chez moi, pour partir parce que je ne voulais pas qu’elle se réveille et me trouve dans la maison. Puisque moi aussi je ne supportais plus les cris. Et c’est honteux d’être grondé par sa femme, devant ses enfants. Elle me disait que si je ne répondais pas favorablement à ses besoins (argent ou autres), je n’allais pas passer la nuit dans son lit. Et parfois je réussissais à satisfaire ses exigences ; mais, des fois, non. A la longue, je ne pouvais plus supporter ça et on a divorcé».

 Cette méthode du chantage à son mari au lit n’est pas appréciée par cette jeune fille du nom d’Adji. Toutefois, elle souligne que, parfois, ce sont des hommes eux-mêmes qui poussent certaines femmes à agir de la sorte.

«Je ne voie pas l’importance de maltraiter son mari, jusqu’à aller aussi loin en le faisant chanter… dans la chambre… De mon côté, je n’ose pas le faire. Mais certains hommes font souffrir leurs femmes ou leurs petites amies en les abandonnant ou en leurs mentant tout le temps. Et ça poussent les femmes à agir ainsi pour avoir ce qu’elles veulent».

Alhousseynou DJIGO (Stagiaire)

Comments are closed.