(Vidéo) Un code QR de la semence à l’assiette avec la startup Suqali Mbay Mi

0
183

Dans un futur proche, il sera bien possible au consommateur sénégalais de scanner sur son assiette un produit agricole et de disposer de la fiche technique dudit aliment, depuis sa semence jusqu’à son assiette. Une solution technologique sur lequel est en train de travailler la startup ‘’ Suqali Mbay Mi’’, renseigne Yoro Diaw, son président directeur qui explique la faisabilité d’un tel projet révolutionnaire pour l’agriculture sénégalaise.

Disposer des informations réelles sur les aliments présents sur son assiette, à savoir, sa provenance et le type de sol de sa culture, sa date de semence, l’engrais et les intrants qui ont été utilisés, son circuit sur le marché et même l’exploitant agricole qui l’a cultivé, est bien possible au Sénégal. Ou du moins, la startup Suqali Mbay Mi, une plateforme de collecte des données du secteur agricole, travaille pour l’effectivité de cette technologie dans le pays, renseigne son président Directeur général, Yoro Diaw.

«Le consommateur final, sur son assiette, peut scanner le produit agricole et avoir la fiche de ce produit agricole depuis la semence jusqu’à la récolte», informe-t-il, non sans expliquer les tenants et les aboutissants de cette technologie au service de l’agriculture.

Trouvé dans ses bureaux, à côté de la Place OMVS à Dakar, Yoro Diaw informe que la startup ‘’Suqali Mbay Mi’’ travaille à la traçabilité des produits agricoles, avec un code QR qui sera attribué à chaque type de sol et à chaque exploitant. Ce qui permettra de disposer des renseignements réelles sur le type de sol, l’exploitant agricole, le type d’engrais et d’intrants utilisé, son circuit de transformation, de conservation et de distribution.

Techniquement, le président directeur général ‘’Suqali Mbay Mi’’ renseigne qu’il y a un travail préalable que la startup doit effectuer. Il s’agit, à son avis, de procéder d’abord au prélèvement et à l’analyse des sols sénégalais, avec l’aide d’ingénieurs agronomes à recruter, pour être à mesure de faire des «analyses prédictives» grâce à une «machine learning» qui est en train d’être «éduquée».

Après cette phase de «calibration des sols sénégalais», poursuit toujours M. Diaw, la prochaine étape consistera à «autonomiser» les petits exploitants agricoles sur la base des «recommandations pédo-climatiques» qui leur seront données. Mieux, le troisième stade s’agira de mettre en place «un market place» qui donnera, grâce à la plateforme de Suqali Mbay Mi, toutes les informations aux exploitants agricoles sur les prix, les distributeurs, les commerçants, etc.

Yoro Diaw précise toutefois que pour la phase pilote «tout est gratuit». La startup ‘’Suqali Mbay Mi’’ prévoit de procéder à 1 400 prélèvements de sols sur l’ensemble du territoire sénégalais, au recrutement de 40 ingénieurs agronomes et à l’accompagnement gratuit de 1 700 petits exploitants agricoles.

«La finalité c’est d’abord d’organiser le secteur, avoir une information fiable du secteur et des acteurs pour pouvoir donner des informations d’aide à la décision aux décideurs», précise Yoro Diaw.

Jean Michel DIATTA

Comments are closed.