Trafic supposé de passeports diplomatiques : Biaye et Sall, à la barre de la Commission ad hoc vendredi

0
138

Les députés apéristes Elhadj Mamadou Sall et Boubacar Villiemmbo Biaye sont convoqués vendredi prochain devant la barre de la commission ad hoc chargée de statuer sur la demande de levée de leur immunité parlementaire. Tel est le dernier développement du trafic supposé de passeports diplomatiques qui s’est invité dans la marche de la treizième législature. Du coup, il reste moins de quarante-huit heures pour les députés Biaye et Sall de peaufiner leur défense, en compagnie de leurs avocats-députés, avant une probable convocation devant une plénière devant décider ou non de les livrer à Dame justice.

Moustapha Niasse, le président de l’Assemblée nationale, et la treizième législature sont bien décidés à activer toute la procédure de levée de l’immunité parlementaire des députés apéristes Elhadj Mamadou Sall et Boubacar Villiemmbo Biaye, cités dans un trafic supposé de passeports diplomatiques. Pour cause, après la mise sur pied, le vendredi 22 octobre 2021, d’une commission ad hoc chargée de statuer sur la demande de levée de l’immunité parlementaire des députés en question, une autre étape de la procédure a été franchie hier, mardi 26 octobre 2021.

La commission ad hoc a en effet pris la décision d’auditionner les deux parlementaires après une réunion tenue dans la journée d’hier, laquelle a permis aux membres de connaitre le contenu des documents envoyés par le Garde des Sceaux qui avait transmis à l’Assemblée nationale la requête de levée de l’immunité parlementaire des députés Sall et Biaye.

C’est donc vendredi, dans quarante-huit heures, que les deux députés de l’Apr seront traduits à la…barre de la commission ad hoc, aux fins de se justifier et/ou de défendre leur cause, en compagnie de leurs avocats-députés. Une fois cette opération d’audition achevée, il appartiendra alors à la commission ad hoc de renvoyer ou pas les mis en cause devant le…jury de la plénière qui sera chargé de lever ou non leur immunité parlementaire.

Si les députés Biaye et Sall sont traduits devant la séance plénière de l’Assemblée nationale, ils succéderont à Ousmane Sonko, dernier député à voir son immunité parlementaire soumise au vote de la plénière. Tout juste après Khalifa Sall, ex-maire de Dakar, qui est passé à la trappe de l’hémicycle le 25 novembre 2017, suite à l’affaire dite de la Caisse d’avance à la Ville de Dakar. Quoiqu’il n’eût même pas à bénéficier de son immunité parlementaire.

Auparavant, ce sont les anciens camarades du président Wade, aujourd’hui alliés de son successeur Macky Sall, Ousmane Ngom, Oumar Sarr et Abdoulaye Baldé qui avaient fait l’objet d’une levée de leur immunité parlementaire en 2013 dans le cadre de la procédure de traque des biens mal acquis qui les visait. Barthélémy Dias, le maire socialiste de Mermoz Sacré Cœur, fut lui le premier parlementaire qui a perdu son immunité parlementaire sous le régime en place, en rapport avec l’affaire Ndiaga Diouf, du nom de ce jeune nervi décédé suite à l’attaque de la mairie de Sacré Cœur.

Pour leur part, les députés Elhadj Mamadou Sall et Boubacar Villiemmbo Biaye sont, eux, cités dans un sulfureux trafic de passeports diplomatiques. Mis à jour par des éléments de la Division des investigations criminelles, à la suite de plaintes déposées contre un nommé El Hadji Diadji Condé, les premiers éléments de l’enquête publiés dans la presse avaient révélé que 14 certificats de mariages portant le nom des députés mis en cause ont été identifiés à la suite d’une percussion chez le sieur Condé. Neuf (09) autorisations parentales, sept (07) relevés de comptes bancaires, dix-neuf (19) extraits de naissance et treize (13) relevés authentiques de leurs indemnités parlementaires ont été également retrouvés lors de cette fouille. L’Assemblée nationale qui s’était emmurée dans un silence assourdissant depuis l’éclatement de cette affaire, avait dû déclencher la procédure de levée de l’immunité parlementaire des deux députés, dans la foulée de la requête de Me Malick Sall, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux.

M DIENG

Comments are closed.