Taxes: Du laisser-passer à la régularité

0
134

La taxe de 3% introduite dans le cadre du Programme de modernisation de l’administration douanière (Promad), appliquée depuis le début du mois courant est mal accueillie par les industriels qui y entrevoient une mort professionnelle programmée parce que déjà esseulés par les multiples taxes. Du côté de l’Etat, le gouvernement a concédé 25% de ses ressources liées à la Tva sur la farine et le blé. Mais, la situation reste toujours tendue. D’où l’urgence de discuter pour trouver un arrangement constructif.   

L’économie mondiale redémarre, mais les tensions économiques sont encore vives. Les prix des denrées ont flambé passant du simple au double pour les pays importateurs. Dans des pays comme le nôtre où l’Etat tire l’essentiel de ses ressources budgétaires à partir des recettes fiscales pour 95,5% et non fiscales pour 4,5%. Celui-ci (Etat) use toujours de son matelas de ressorts pour couvrir ses charges budgétaires surtout dans ce contexte de conjoncture internationale, lié à la crise sanitaire inédite.

Face à ce choc massif et brutal produit par la pandémie de la covid-19 et accentué par les mesures d’arrêt de l’activité économique prises pour endiguer le mal qui a fini de plonger l’économie planétaire dans sa pire récession depuis la seconde guerre mondiale, le gouvernement Sénégalais a consenti d’énormes efforts tant au plan sanitaire, social, qu’économique pour maintenir l’Etat-nation. Et toutes ces dépenses ont été tirées de ses ressources fiscales mobilisées. Donc, c’est dire que sans ces ressources, l’Etat Sénégalais ne saurait être debout pour longtemps.

Prenant la pleine mesure de tout cela, le gouvernement s’est résolu à appliquer le prélèvement de conformité fiscale (Pcf), qui n’est ni un nouvel impôt, ni une nouvelle taxe, mais une nouvelle mesure visant à pousser les importateurs à aller faire leur déclaration au sein de l’administration fiscale.

Leave a reply