Sur les traces de Mame Awa Ndir, première cheffe de village de Bambilor, première exploitante agricole du Sénégal

0
198

On ne pourrait parler de 8 mars, de l’émancipation de la femme, du leadership féminin, de conquêtes de femmes… sans évoquer l’histoire de ce parangon de vertus. Première femme cheffe de village connue du Sénégal (de 1930 à 1947), exploitante agricole, Awa Ndir, la brave de Bambilor, était une exemple parfaite de femme leadeur. Faisons sa connaissance, avec Sud Quotidien, à l’occasion de la Journée internationale de la femme, célébrée hier, mardi 8 mars 2022.

A l’occasion de la Journée internationale (des droits) de la femme (JIF), célébrée dans le monde entier hier, mardi 8 mars 2022, sous le thème «L’égalité des sexes aujourd’hui pour un avenir durable», Sud Quotidien, partage l’histoire peu connue de la première femme cheffe de village dans ce qui deviendra Sénégal indépendant. Elle aura présidé aux destinées de sa localité de 1930 à 1947.

Awa Ndir, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, était considérée comme une notabilité, dans la zone de Diandière, principalement dans l’actuelle commune de  Bambilor. Awa Ndir habitait dans le village de Ngorom Kawour (actuel Ngorom 3). Mame Awa, comme l’appellent les connaissances et proches, devenus tous des petit(es)-fils(les), qui la racontent, était détentrice d’un grand troupeau de chèvres. Pendant l’épidémie de peste, vers les années 30, la population de Diandière avait quitté ce village. Mais, Mame Awa, alors une grande bergère doublée d’exploitante agricole, y resta avec sa famille.

Son époux étant originaire de la Casamance, Awa Ndir connaissait bien l’exploitation agricole et jusqu’aujourd’hui, il reste encore des empreintes et  traces de cette exploitation, nous renseigne son petit-fils, Bira Cissé. Elle était aussi une grande commerçante qui quittait Bambilor, à l’époque, pendant cette période coloniale, pour aller vendre ses produits agricoles et le lait de ses troupeaux au marché Kermel de Dakar ; un marché construit en 1860 en forme de halle ronde en fer forgé et en briques d’inspiration arabique qui conserve encore son charme architectural et ses mille et une couleurs et qui sera classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1978.

C’est ainsi qu’en 1930, le représentant de l’administration coloniale, voyant en elle un exemple de bravoure et d’émancipation féminine, a décidé de faire de Mame Awa Ndir la cheffe de village de cette zone. Awa Ndir devenait ainsi la première cheffe de village officiellement connue du Sénégal (1930-1947).

Awa Ndir avait ses propres moyens et sa façon pour gouverner ; ce qui lui permettait d’aider sa population. «Elle offrait des parcelles de terrain au villageois, pour une autonomisation de la culture vivrières. Elle embauchait des gens pour qu’ils travaillent dans l’exploitation, dans l’élevage… Quand, par exemple, on arrêtait une personne parce qu’elle n’avait pas payé son impôt, payer l’impôt étant obligatoire dans la loi coloniale, ma grand-mère payait à sa place», raconte son petit-fils Bira Cissé.

Awa Ndir, aujourd’hui Mame Awa, a été à l’origine du plan et des premières les premières habitations de cette localité ; elle en a creusé le premier puits… Le secteur du commerce, une de ses prédilections, constituant un des leviers essentiel pour le développement de notre pays, aujourd’hui, le marché central de Bambilor porte son nom.

SEYNABOU BA (STAGIAIRE)

Comments are closed.