Situation sécuritaire en Afrique de l’Ouest : la Cedeao, le temps à l’introspection

0
245

Une rencontre de formation sur la réforme et gouvernance du secteur de sécurité est ouverte à Dakar depuis hier,  lundi 14 mars. D’une durée de 2 jours, elle se veut être un cadre pour promouvoir une compréhension des principes clés de la sécurité. A l’occasion de celle-ci, la chercheure à l’African Security Sector Network  (ASSN),  Dr Niagale Bakayoko, a plaidé pour une réforme des institutions de la Cedeao afin de mieux faire face à la crise.

La chercheure à l’African Security Sector Network  (ASSN),  Dr Niagale Bakayoko, pense que certains instruments de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) sont dépassés. « La situation d’urgence sécuritaire caractérise de manière croissante l’Afrique de l’Ouest. On est passé d’une situation dans les années 2000 où la Cedeao, forte de ses expériences novatrices et d’avant-garde en matière de gestion des conflits, avait défini les cadres de gestion des conflits avec le protocole de 1999 puis celui sur la démocratie et la bonne gouvernance », a-t-elle dit hier, lundi, à l’ouverture d’un atelier de formation sur la réforme et la gouvernance du secteur de la sécurité dans la Cedeao.

Par ailleurs elle a ajouté que « les chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao eux-mêmes le reconnaissent. Certains de leurs instruments commencent à être dépassés parce qu’on est face à une situation politico-sécuritaire qui ne correspond plus à un certain nombre d’instruments qui ont été forgés ».

Dr Niagale Bakayoko revient également sur le fait que « la Cedeao elle-même se trouve dans une crise de crédibilité, de légitimité en devenant une organisation extrêmement contestée par les populations et les opinions publiques dans certains pays ». Pis, ajoute-elle, « la Cedeao est accusée d’être manipulée tantôt par la France tantôt par la Russie.  Le cas de la Cedeao permet d’analyser les aspirations et la colère qui touche de manière croissante les opinions publiques en dehors des intérêts géopolitiques ».

Selon Dr Niagale Bakayoko, « les réactions qui ont été perçues comme un deux poids deux mesures  dans les prises de positions face à un certain nombre de prises de pouvoir inconstitutionnel parfois par des militaires mais aussi par des civils dans certains pays de la région, ont tendu à faire croire de la volonté de l’organisation de mettre en œuvre la vision du G7 ».

La chercheuse d’ajouter alors : « le mécanisme de 1999 sur la prévention, la gestion, le règlement des conflits de maintien de la paix et de la sécurité de la Cedeao démontre que le type de conflit auquel on a affaire notamment au Sahel, est en train de s’étendre vers les côtes d’où la nécessité d’agir collectivement », et l’urgence d’agir ensemble. « Nous sommes collectivement appelés au moyen d’enrichir et de réformer ces cadres et de manière proactive ».

Pour sa part, le conseiller au ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Malick Diouf, a trouvé que « les changements anticonstitutionnels de régime intervenus au Mali, en Guinée et au Burkina Faso rappelle la nécessité de remobiliser l’ensemble des parties prenantes qui doivent conjuguer leurs efforts en vue d’arriver par le dialogue et la concertation à enrayer les coups d’Etat qui constituent une menace pour la démocratie. Pour lui, la Cedeao est disposée dans le cadre de ses missions à accompagner ses Etats membres tout en respectant leur souveraineté ainsi que les aspirations de leur peuple à un retour rapide à l’ordre constitutionnel.

Fatou NDIAYE

Comments are closed.