Révision exceptionnelle des listes électorales: L’opposition charge, la majorité tempère

0
126

Interpellés par Sud quotidien hier sur le bilan des dernières révisions exceptionnelles des listes électorales, Abdou Salam Basse, chargé des élections de Bokk gis gis, coalition Wallu Sénégal et Dethie Faye, coordonnateur du pôle des non-alignés qui a rejoint récemment la coalition Yewi askan wi, ont accusé l’administration d’avoir procédé au rejet systématique des demandes de changement de lieux de vote introduites par des sénégalais vivant à l’étranger. Pour sa part, Cheikh Sarr, Coordonnateur adjoint du pole de la majorité Benno Bokk Yakaar tout en se félicitant du bon déroulement de ce processus de révision des listes, a rejeté la faute sur l’opposition qui selon lui, est responsable de la problématique des certificats de résidence.

«La procédure des dernières révisions exceptionnelles des listes électorales est déterminée par la Loi notamment le code électoral et le décret signé par le président de la République qui a fixé les conditions des inscriptions qui se sont faites sur la base de la carte nationale d’identité biométrie Cedeao. Donc, à ce niveau, nous pensons que les choses se sont déroulées comme prévue par la loi », s’est félicité notamment l’ancien maire de la ville de Guédiawaye qui rejette par ailleurs, la faute sur l’opposition concernant le débat sur la problématique des certificats de résidence qui a émaillé ce processus de révision exceptionnelle des listes électorales.

En effet, explique-t-il, « au niveau de la commission du dialogue politique, l’opposition avait évoqué le problème de la fiabilité de l’état civil pour demander à ce que les certificats de résidence soient écartés de la procédure. Mais, lorsqu’on a démarré la révision, cette même opposition est revenue sur cette position pour demander à ce que l’inscription se fasse sur la base de l’extrait de naissance et du certificat de résidence. Ce qui relève d’une incohérence notoire puisqu’on ne peut pas rejeter une chose hier, et la réclamer aujourd’hui. Ce débat sur le certificat de résidence ne tient donc pas la route ».

Pour sa part, Abdou Salam Basse, chargé des élections de Bokk gis gis, parti membre de la coalition Wallu Sénégal dirigée par le Pds de Me Wade, a dénoncé le rejet systématiquement des demandes de changement de lieux de vote formulées par des sénégalais vivant à l’étranger. «Nous avons constaté un rejet important et injustifié des demandes de changement de lieu de vote formulées par nos frères et sœurs de la diaspora, par l’administration. Nous ne savons pas sur quoi l’administration s’est basée pour rejeter ces demandes puisque le changement de lieu de vote est une procédure prévue par le code électoral », a-t-il dénoncé.

Abondant dans le sens, Déthie Faye, coordonnateur du pôle des non-alignés qui a rejoint récemment, avec son parti, Convergence pour la Démocratie et la République (Cdr/Fonk sa kaddu) en perspective des prochaines locales, la coalition Yewi askan wi d’Ousmane Sonko et Khalifa Sall, martelé lui aussi que « tous les sénégalais de l’extérieur qui sont rentrés au pays, et qui se sont faits enrôler, ont vu leurs demandes de changement de lieu de vote rejetées. Le motif c’était qu’ils figurent déjà dans les listes électorales. Peut être que l’administration à manqué de vigilance à un moment, parce que dans le guide remis aux présidents de commissions, il est dit qu’un sénégalais de l’extérieur qui veut se faire inscrire sur la liste nationale, doit être considéré comme un primo-votant ».

Auparavant, Dethie Faye toujours concernant les manquements, a commencé par rappeler les « différents couacs rencontrés notamment, liés à la question de l’obtention des certificats de résidence qui n’a pas été, il faut le dire, résolue correctement. Ensuite il y a la durée de la révision et les conditions fixées par le code électorale exigeant la carte d’identité biométrique pour se faire enrôler ». Des conditions qui selon lui « ont eu un impact négatif sur le nombre de citoyens enrôlés ».

Nando Cabral Gomis

Leave a reply