(Reportage) / La concurrence déloyale asphyxie les artisans au Cap Skirring

0
134

Au village artisanal de Cap Skirring, les activités sont au ralenti. Non seulement la pandémie de la Covid-19 a touché de plein fouet le secteur touristique d’une manière générale, mais aussi il y a  une  concurrence  déloyale faite par les structures hôtelières à encontre des artisans. En effet, les hôtels implantés dans cette localité ont  aujourd’hui tendance à vendre les mêmes produits que ces artisans dans l’enceinte de leurs structures. Du coup, les touristes n’ont plus besoin de sortir pour se procurer les objets d’art.

Les artisans du village artisanal de Cap Skiring vivent depuis quelques années des périodes sombres de leur vie. Non seulement la pandémie de la Covid-19 a touché de plein fouet leurs activités, mais aussi il y a une concurrence déloyale faite par les structures hôtelières à leur encontre. En effet, les hôtels implantés dans cette localité ont  aujourd’hui tendance à vendre les mêmes produits que ces artisans dans l’enceinte de leurs structures. Ce qui  fait que les vendeurs d’objets d’art du village artisanal ont du mal à trouver des clients. 

«  Ces dernières années, nous avons vécu le calvaire. Depuis 2 ans, la saison était fermée, les touristes ne venaient presque plus. Maintenant qu’ils commencent à venir, les hôtels refusent de les laisser sortir dehors. Ils font une concurrence déloyale en vendant les mêmes produits au sein des structures. Ils ont tout récupéré de nos mains. Donc les populations ne bénéficent plus des retombées du secteur.  Actuellement, ici, la plupart des  bars et restaurants  appartiennent aux Blancs. Les Sénégalais ont tous fermé boutique à cause de cette concurrence. L’inspection du tourisme et l’Etat n’ont aucun contrôle sur ça .C’est vraiment très dur », déplore Fallou Thiam, bijoutier au village artisanal de Cap Skirring.

Selon lui, normalement tout ce qui relève de l’artisanat devrait être géré par les artisans.  Il demande ainsi  aux autorités d’initier des visites de marché afin de leur permettre d’écouler quelques produits.

« Ils nous ont  permis d’exposer au niveau du Club Med  en payant 10000 francs par jour. Mais même avec ça, on  ne parvient pas à s’en sortir. Nous demandons à l’Etat  de laisser le folklore et l’artisanat aux locaux pour qu’ils puissent bénéficier des retombées du tourisme », lance-t-il.

Interpellé sur cette question, le maire de la commune de Diémbéring Tombong Guèye  indique  qu’il y a un ensemble de réponses que les autorités de la commune ont essayé d’apporter  pour que la compréhension puisse passer entre les différents acteurs notamment  les artisans, les guides et les gérants des structures hôtelières.

« Progressivement, nous allons vers une accalmie définitive. Dans le réflexe de ces structures,  il  y a eu un intérêt de sécuriser leur clientèle. Parce qu’auparavant, le simple fait de sortir de la structure  pouvait à tort ou à raison exposer leurs clients.  Il y a le village artisanal que nous avons créé  à côté. Mais aujourd’hui de plus en plus, il y a des discussions avec les responsables de ces structures pour que les artisans puissent aller faire des expositions à l’intérieur des hôtels pour être en contact avec leurs clients », rassure-t-il. 

Selon lui, à  travers une sensibilisation, tous les acteurs comprendront maintenant qu’il y a beaucoup de responsabilité à dégager. « Nous avons formé 19 guides qui sont devenus professionnels  et par principe doivent être à mesure d’accueillir  les touristes sans pour autant donner l’impression de les harceler », nous apprend le maire.

L’ESPOIR RENAIT AVEC LA REOUVERTURE DE L’AEROPORT

La réouverture de l’aéroport international de Cap Skirring constitue une lueur d’espoir pour ces artisans qui peinent aujourd’hui à joindre les deux bouts.  « Nous avons l’espoir qu’avec l’ouverture de la saison et de l’aéroport,  les choses vont aller mieux.  Nous avons rempli nos boutiques d’objets  tout en croisant les doigts que cela marche», soutient le vieux Moustapha Sow , un vendeur d’objet d’art.

Sokhna Maty Guèye, vendeuse d’objet d’art est aussi très optimiste quant à l’avenir du secteur avec la réhabilitation de l’aéroport, chose qu’elle apprécie à sa juste valeur.

« Avant la pandémie de la covid-19 on s’en sortait  très bien. Mais avec la crise,  nos activités étaient au ralenti. Nous sommes optimistes que les affaires vont aller mieux avec la réouverture de cet aéroport international. Nous demandons à l’Etat de réduire les taxes afin que les tourismes viennent davantage. Parce que souvent les étrangers qui viennent ici  se plaignent de la cherté des taxes. C’est pourquoi ils n’achètent plus beaucoup d’objets d’art. Ils préfèrent acheter les statues de petites tailles au détriment des grandes », dit-elle.

NDEYE AMINATA CISSE


Comments are closed.