Réchauffement du front social, retour des greves cycliques..: Ces menaces qui pèsent sur l’école !

0
109

A quelques jours des vacances de Noël, le système éducatif sénégalais a été paralysé en raison des mots d’ordre de grève décrétés par différents syndicats d’enseignants comme le Sudes/Esr, le Saemss, le Cusems pour différentes causes. Ce qui ne sera pas sans conséquences sur la marche du système éducatif rudement frappée par la crise sanitaire.

Depuis quelques semaines, le système éducatif sénégalais connaît des perturbations. Des syndicats d’enseignants ont paralysé les enseignements pour diverses revendications qui égratignent la marche du système éducatif. Ce, après près d’une année de répit en raison du contexte sanitaire.

En effet, depuis hier, lundi 13 décembre, le Sudes/Esr (Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal/Enseignement supérieur) observe un arrêt de travail à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et ce, pour deux jours. Le syndicat proteste contre une «agression de collègue » de l’Institut de français pour les étudiants étrangers (IFE) par la « sécurité » du recteur, Ahmadou Aly Mbaye alors que ceux-ci «protestaient pacifiquement et légalement contre la tenue d’un test illégal, organisé en catimini à l’ENSEPT ».

La colère s’est aussi manifestée du côté du Saemss. Le Syndicat autonome des enseignants du moyen secondaire avait déroulé un plan d’actions de débrayage et de grève totale pour exiger du gouvernement la matérialisation des accords signés et surtout mettre un terme aux  lenteurs administratives. Saourou Sène et ses camarades avaient décrété le mercredi 8 décembre  dernier un débrayage et une grève générale le lendemain, jeudi 9 décembre, sur toute l’étendue du territoire national.

Face aux multiples rencontres avec des membres du gouvernement qui n’ont pas porté fruit, les syndicalistes avaient décidé de hausser le ton.

« Au niveau du Saemss, on a pris la décision de ne plus rencontrer les ministres parce qu’ils nous ont tous dit qu’ils ont fait ce qu’ils avaient à faire et que les dossiers sont entre les mains du Président de la République. Maintenant, on attend que le Président de la République nous reçoive », avait dit Saourou Sène. Les remous dans le système éducatif ont aussi été causés par le Cusems.

Le Cadre unitaire syndical des enseignants du moyen secondaire s’était fait entendre en début du mois de décembre. Il avait paralysé le système éducatif à travers un débrayage le 30 novembre dernier et une grève totale, le mercredi 1er décembre 2021. Le syndicat exigeait « la correction du système des rémunérations et «le respect du protocole d’accord du 30 avril 2018 ».

« Nous avons constaté le manque de volonté politique du gouvernement pour appliquer les accords signés depuis 3 ans 6 mois. Deux ans sans perturbations majeures, cette accalmie du système éducatif procède plus du patriotisme des enseignants que de l’application des accords », avait déclaré le secrétaire général du Cusems, Abdoulaye Ndoye, lors d’une assemblée générale.

C’est dire à quel point ces mouvements de grève risquent d’affaiblir le système éducatif qui a aussi subi les lourds effets de la crise sanitaire.

M DJIGO

Comments are closed.