Rapport Itie pour l’année 2020 : 185,2 milliards de FCFA de revenus générés par le secteur extractif

0
140

Le rapport  de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (Itie) portant sur l’année 2020 a fait état d’une contribution globale de 185,2 milliards de francs Cfa contre 161 milliards de francs Cfa  perçus durant l’exercice de 2019. 167,75 milliards FCfa sont affectés au budget de l’Etat. Ce rapport a été rendu public hier, mardi 28 décembre.

Les revenus générés par le secteur extractif pour l’année 2020 s’élève à 185,20 milliards de FCFA (322,24 millions USD), dont 167,75 milliards affectés au budget de l’Etat. C’est ce qui ressort du rapport de l’initiative pour la transparence dans les industries extractives (Itie) portant sur l’année fiscale 2020, publié hier, mardi 28 décembre.

«Le total des revenus générés par le secteur extractif au Sénégal a évolué de 24,16 milliards de FCFA par rapport à l’exercice 2019, enregistrant ainsi, une hausse de 15,6%», lit-on dans le document.

Selon le rapport,  les revenus du secteur minier sont en hausse de 30,68 milliards de FCFA, passant de 132,17 milliards de FCFA en 2019 à 162,85 milliards de FCFA en 2020. Cette hausse est expliquée principalement par  la bonne tenue des productions d’or, de minéraux lourds et la hausse des cours mondiaux de ces produits miniers; et  les paiements au titre de la taxe sur ciment, instituée par le décret n°2020-986 du 24 avril 2020, et qui a généré 7,5 milliards de FCFA.

En revanche, souligne le document, les revenus du secteur des hydrocarbures sont en baisse de 6,51 milliards de FCFA, passant de 22,58 milliards de FCFA en 2019 à 16,07 milliards de FCFA en 2020. Cette baisse s’explique par l’absence de recettes exceptionnelles similaires à celles payées en 2019 qui étaient principalement le paiement de la deuxième tranche de financement de la construction de l’Institut national du Pétrole et du Gaz effectué par la société TOTAL E&P pour un montant de 10 Millions de USD (≈ 5,91 milliards de FCFA) au profit de l’Etat du Sénégal (conformément à l’article 19.6 du Contrat de Recherche et de Partage de Production d’hydrocarbures du bloc Ultra Deep Offshore (UDO) et  des paiements effectués par la société KOSMOS Energy en 2019, relatifs à des redressements fiscaux d’un montant de 5,21 milliards de FCFA.

Selon le rapport, à  l’heure actuelle, le secteur extractif sénégalais est composé essentiellement d’exploitations de mines et carrières (or, phosphates, sables minéralisés et calcaires pour la fabrication du ciment). De ce fait, le potentiel de création d’emplois est limité avec 9600 employés dans le secteur formel et 31 mille dans le secteur  informel notamment les mines et l’artisanat. Par ailleurs, la faible contribution du secteur au PIB à savoir 3,39% dénote un manque de diversification, de transformation sur place des produits miniers en produits finis ayant une plus grande valeur ajoutée et de renforcement des liaisons intersectorielles pouvant accélérer le développement industriel. Suivant le document, une plus grande implication des nationaux dans la sous-traitance et la fourniture de biens et services constitueraient un bon levier pour pallier la faiblesse des emplois directs et à la contribution du secteur  au Pib. Le rapport informe que sur 400 milliards de dépenses liées à la sous-traitance et à la fourniture de biens et services dans le secteur pétrolier, seuls 2 milliards ont été captés par des entreprises détenues majoritairement par des nationaux.

NDEYE AMINATA CISSE

Comments are closed.