Prise en charge éphémère : La force dans la résignation, 19 ans après !

0
148

La région de Sédhiou ne compte pas beaucoup de victimes du naufrage du bateau le «Joola», drame qui est survenu dans la nuit du 25 au 26 septembre 2002, aux larges des côtes gambiennes. Nous n’avons pas eu connaissance de la disponibilité, à Sédhiou, d’un répertoire des victimes de cette catastrophe maritime. Toutefois, l’on nous signale que le Collectif des victimes basé à Ziguinchor détient le manifeste des disparus ainsi qu’au niveau du fichier central à Dakar. Les deux familles que nous avons eu à rencontrer ont été quelque peu avares en témoignages ; mais ont pu libérer quelques propos, sous l’emprise de la résignation.

Les victimes du naufrage du bateau de le «Joola», survenu le 26 septembre 2002 et originaires de la région de Sédhiou ne sont pas nombreuses. Au niveau des services administratifs, nous avons cherché hier, vendredi 24 septembre, à savoir s’il existe un répertoire des victimes ou familles des victimes, mais en vain. Même si dans le Balantacounda, département de Goudomp, l’on compte des victimes dont les proches, pour l’essentiel, collaborent avec les Association et Collectif des familles des victimes basés à Ziguinchor.

Toutefois, nos propres recherches nous ont guidés vers la famille de feu Famara Diatta, en service aux chèques postaux de Dakar au moment des faits. Son épouse, Awa Mansaly, actuellement remariée à Bambaly, témoigne que «la famille avait reçu un soutien financier dans les mois qui avaient suivi la catastrophe. Quelques années plus tard, on nous avait appelés à Ziguinchor pour nous remettre des fournitures scolaires pour nos enfants. Mais depuis, plus rien», dit-elle avec beaucoup d’hésitations.

Au quartier Santossou de Sédhiou, le sieur Mamadou Lamine Dramé déclare avoir perdu son demi-frère dans le naufrage du bateau. Ousmane Diatta, la victime, était un Sapeur-pompier. «Je sais que la famille avait reçu un soutien de l’Etat du Sénégal juste après le drame ; mais après, je n’ai plus rien revu. Le défunt avait trois enfants qui sont devenus des adultes maintenant. A ma connaissance, ils n’ont pas reçu d’accompagnement spécial au titre de pupilles de la nation, comme annoncé. Mais, Dieu merci, par la foi et la Miséricorde de Allah, on s’en remet à Lui», se résigne-t-il.

Pour ces familles, les années passent et se ressemblent. Les promesses annoncées avec tambours et trompettes n’ont pas été suivies d’effets escomptés, notamment la prise en charge complète des enfants en tant que pupilles de la nation, ont fait observer les proches.

Moussa DRAME

Leave a reply