Politistes et universitaires démontent l’argumentaire d’Abdourahmane Diouf sur la démocratie de concordance au Sénégal

0
160

A l’occasion des deuxièmes journées citoyennes de Rufisque, les conférenciers ont corrigé le Dr Abdourahmane Diouf qui a plaidé pour l’avènement d’une démocratie de concordance au Sénégal. Selon ces universitaires, le responsable du parti AWALE a fait une confusion entre la démocratie en tant que système de valeurs et le régime politique.

Dans son ouvrage qui déclinait sa vision politique, Abdourahmane Diouf théorisait la démocratie de concordance. Certainement influencé par son long séjour sur les bords du Léman, le président du parti AWALE qui démontrait que le Sénégal devait passer d’une démocratie concurrentielle à une démocratie de partage de pouvoir entre la majorité et l’opposition, sur la base de la permanente du compromis et du dialogue. Mais ce modèle ne semble pas emballer les universitaires et spécialistes en sciences politiques qui ont pris part à la deuxième édition des rencontres citoyennes de Rufisque, à l’initiative de la Fondation Sococim. Pour cette deuxième édition, les conférenciers Pr Ousmane Khouma, Pr Ibrahima Silla et le politiste Hamidou Hanne ont entretenu le public autour de thème portant sur l’Etat de la démocratie au Sénégal en Afrique de l’ouest.

A la question de savoir est ce que la démocratie de concordance est une panacée face aux crises politiques que traverse l’Afrique de l’Ouest, les conférenciers ont répondu par la négative. Pire, à les en croire, cette forme de démocratie basée sur des consensus mous et porteurs de risque pour la vitalité de la démocratie procède d’une volonté d’un nivellement par le bas qui veut remettre en cause l’élitisme source d’émulation dans toutes les sociétés. 

«J’ai un très bon ami, intellectuel et homme politique qui critique beaucoup la démocratie et parle de démocratie de concordance au lieu de démocratie de concurrence. Je lui ai déjà dit, je pense qu’il se trompe parce qu’il confond démocratie comme système de valeur et régime. Ce qu’il critique c’est la Vème République, son fonctionnement, le président de la République qui est l’alpha et l’oméga des institutions. Il parle beaucoup de discours de Bayeux du général De Gaulle de 1946. Ça, c’est un régime. Ce n’est pas la démocratie comme système. Abdourahmane Diouf se trompe. Il se trompe entre régime et démocratie comme système. Quand on dit que le Sénégal a hérité du discours de Bayeux de De Gaulle ce n’est pas vrai. De 59 à 62, notre régime était plus de type IVème République. On avait un régime parlementaire jusqu’à ce que les événements (1962, Ndlr) poussent le président Senghor à changer», a expliqué le politiste Hamidou Hanne qui traitait du thème Démocratie «empruntée» ou démocratie «dévoyée».

Dans son discours, il a montré que la démocratie est fondée sur les principes universalistes de liberté et de justice. Aussi, l’argument de la nécessité de participation des angles morts au jeu politique, ne tient pas pour justifier un système qui, au finish, la porte ouverte va ouvrir un boulevard aux extrémistes et aux marchands d’illusions, à travers le consensus mou mis en place.

«Sur la démocratie de concordance, alors moi, j’ai un problème. Déjà, quand on parle des angles morts, pour parler de démocratie de concordance, c’est en fait un nivellement par le bas au lieu de dire qu’il faut insérer toutes les personnes représentant l’angle mort dans le récit républicain», tonne-t-il.

«Le récit républicain dit, la constitution dit que pour être président de la République au Sénégal il faut parler et écrire le français. Moi, mon combat, c’est que tout le monde puisse parler, écrire et lire le français pour tout le monde ait ses chances, qu’il vienne de Fatick, de Louga, de Dakar ou ailleurs dans le territoire sénégalais puisse peut-être aspirer à gouverner ses concitoyens. C’est cela le récit républicain. C’est de ne pas proposer un nivellement par le bas alors soi-même ses enfants sont quand même à l’école républicaine, à l’école française. Et pour moi, c’est une forme de duperie», a martelé Hamidou Hanne.

Dans cette perspective l’expert se dit être inquiet du discours ambiant contre la démocratie et qui promeut les modèles rwandais et chinois, qui n’ont rien à voir avec la démocratie mais sont plutôt liberticides. De la même façon, il s’est insurgé contre l’idée selon laquelle, l’élite intellectuelle est à l’origine du mal du pays.

«J’entends tout le temps dans les médias, oui ces gens qui ont été à l’école française ont détruit le pays, oui «Jangg école amouldiarigne», c’est assez choquant. Que la démocratie c’est pas important et que toute façon tel économiste, tel juriste peut être contredit par le premier tartempion ou hurluberlu venu à la radio, parce que toutes les opinions se valent. En matière de pensée, d’idées, toutes les opinions ne se valent pas», a-t-il averti.

Abordant le thème sur les changements de régime, intervenus dans le contexte ouest africain, à propos de ce qu’il a appelé les «impensées» des sanctions de la CEDEAO, le Pro Ousmane Khouma, sans vouloir apporter une caution aux coups d’Etat militaires intervenus en Guinée, au Mali et au Burkina, a dénoncé une sorte de deux poids mesure de l’instance communautaire. A l’en croire, autant les coups d’Etat militaires sont à dénoncer, autant également les tripatouillages constitutionnels pour des «prolongations anticonstitutionnelles de mandats sont à condamner vigoureusement».

WORE NDOYE

Comments are closed.