Panel de l’Anps sur les 15 participations du Sénégal a la Can : Du diagnostic à l’esquisse des pistes de solutions

0
132

Le Sénégal repart en janvier prochain à la conquête d’un premier continental que tout un peuple attend. En partance au Cameroun, quel dispositif à mettre en branle pour augmenter les chances de sacre du Sénégal dans la compétition majeure du continent. Quels sont les écueils et facteurs de blocage qui empêchent le Sénégal de décrocher le titre. Dans cette perspective, l’association nationale de la presse sportive (ANPS) a posé le débat à travers son 3ème panel organisé ce samedi 10  décembre, avec comme thème « diagnostic des échecs du Sénégal en 15 éditions de la CAN ». Dans cette perspective techniciens, observateurs, administrateurs du sport, anciens footballeurs ont, le temps d’un panel, passer en revue le parcours du Sénégal à explorer des pistes de réflexion  susceptible d’inscrire le Sénégal sur la voie du succès.

La participation du Sénégal à la Coupe d’Afrique est au cœur la réflexion menée ce samedi par l’Association national de la presse sportive du Sénégal (ANPS) à travers le panel organisé ce samedi avec comme thème « diagnostic des échecs du Sénégal en 15 éditions de la CAN »,qui a réuni des acteurs, techniciens du football et observateurs. En d’autres termes, de poser le débat et de lister les écueils qui empêchent le Sénégal de remporter le titre après 15 participations en 33 éditions de CAN. Dans ce sillage, l’ancien chef de service sport du Soleil Babacar Khalifa Ndiaye a fait l’historique en s’adossant sur des faits et chiffres qui ont jalonné le parcours de l’équipe nationale du Sénégal de la première participation, sur invitation, à la CAN 1965 à la dernière jouée en 2019.

«En 15 participations,  le Sénégal a eu 25 victoires, 12 matchs nuls et 24 défaites. Les Lions ont inscrit  68 buts et on en a encaissé 46. Le solde est  positif.  En phase finale,  l’Algérie est notre  bête noire. Elle a battu le Sénégal quatre fois dont deux lors de la dernière CAN et nous avons fait deux nuls.   Le Nigeria à quatre reprises dont deux en 2006. Sadio Mané avec 5 buts et Henry Camara avec ces deux buts sont les deux meilleurs buteurs du Sénégal. Ce dernier  détient le record de participation avec  cinq éditions (2000, 2002, 2004, 2006, 2008). Le Sénégal a disputé deux finales de la CAN (2002 et 2019) et quatre demi-finales (1990 et 2006). Mais à chaque fois  il perd le match de la troisième place. En 1965, il n’y a pas eu de demi-finales croisées.  Le Sénégal a disputé cinq quart de finale (1992, 1994, 2000, 2004, 2017 et 2019)»,  a-t-il rappelé.

«Nous allons à la CAN 2021 au Cameroun avec l’espoir que l’on va gagner cette fois ci ». Mais qu’est ce fait perdre le Sénégal ? A cette interrogation, le directeur technique  nationale Mayacine Ma, dans un exposé a  fait son  diagnostic et relève un certain nombre de blocages qui  empêchent le Sénégal de remporter le trophée continental. Selon le technicien, les équipes sont formées sur «une génération spontanée».  Il ressort de son  analyse,  la précarité des entraineurs et l’instabilité des effectifs. 

«Sur le diagnostic j’ai pu retenir un certain nombre de  points.  Je considère que les générations spontanées sont un gros handicap pour le Sénégal mais aussi pour la plupart des pays africains. La plupart des pays ont gagné des Coupes d’Afrique sur des générations spontanées sauf quelques pays  comme l’Egypte à partir d’un travail.  Mais vous verrez qu’après l’avoir gagné, ils restent deux à trois CAN pour se relever.  Je les vois comme un handicap. C’est un groupe de joueurs talentueux dont la vie ne dure que le temps d’une compétition. C’est ensuite une équipe qui s’effiloche. On l’a vu avec le Sénégal  en 1986, en 2002 et en 2012»,  confie-t-il. 

«On avait les éléments pour gagner une Coupe d’Afrique malheureusement on ne vit que le temps d’une compétition.  Est-ce que le Sénégal doit s’inscrire dans  cette logique ou travailler autrement ?  Parce qu’une génération spontanée, c’est  à quitte ou  double. On gagne ou on perd».

«L’instabilité des effectifs, conséquences des changements d’entraîneurs»

Le DTN sénégalais estime que l’instabilité des entraineurs constitue un facteur bloquant. «Au Sénégal en 20 ans (2000 et 2021), nous avons eu 9 entraineurs sur le banc… Les entraîneurs n’ont pas la chance d’apprendre de leurs erreurs. C’est un problème. La stabilité est gage de performances. Aliou Cissé, le dernier, lui a la chance de faire trois CAN. La stabilité de l’entraineur sur le banc est gage de performance. Si ce n’est pas le cas, cela peut éloigner un pays à gagner un trophée», analyse-t-il. «Il y a aussi l’instabilité des effectifs qui est la conséquences des changements d’entraîneurs. Mais aussi l’instabilité de structures fédérales qui entraine un manque d’expériences pratiques des dirigeants, un problème d’organisations et un défaut d’anticipation. Entre 2000 et 2021, six fédérations sont parties. On ne donne pas la possibilité à une fédération de  réparer ses erreurs», ajoute- t-il.

«Rompre avec les générations spontanées et construire dans le temps»

En sus de ces impairs, Mayacine  Mar a, dans le même temps, esquissé des solutions qui devraient inscrire le Sénégal dans la performance et d’atteindre son objectif de trophée.  De son point de vue, cela commence par une rupture avec les «générations spontanées»  et la construction d’une  équipe. Ce, en donnant la priorité aux sélections de petites catégories en les permettant d’avoir une meilleure présence dans les compétitions internationales.

«Je considère qu’il faut rompre avec les générations spontanées. Une équipe se construit dans le  temps. Il faut donner la priorité aux sélections de jeunes U20, U17 et olympiques. Depuis 2012, la fédération sénégalaise a eu ce projet. En 2012 quand nous avons été aux Jeux olympiques, c’était avec une équipe composée essentiellement de joueurs provenant des centres de formation. Ce qui nous a valu de participer à la Coupe du monde 2015 et de jouer les finales de la CAN U20, des U17 au Niger en 2019. Ces participations nous ont offert une bonne relève.  Il faut donner la chance aux jeunes  qui méritent d’être appelés en sélection et ouvrir la sélection aux footballeurs binationaux. Il faut aller les chercher», propose-t-il.

La stabilité du groupe, essentielle pour la performance

Cette piste est aussi sous-tendue par la lutte contre la  précarité des entraîneurs. «Il faut donner la possibilité aux entraineurs de bénéficier d’un contrat de confiance d’au moins de deux voire trois CAN. Une Can ne peut pas être un baromètre pour être un bon entraineur. Je dis qu’en 2004, si Bruno Metsu était resté, on aurait pu, peut-être,  gagner la  coupe d’Afrique en 2004 et 2008. On a eu quatre entraîneurs en quatre CAN. Même si les résultats n’ont pas été mauvais, il faut savoir stabiliser un groupe. Il y a l’exemple de Abdoulaye Sarr qui a travaillé avec  Peter Schnittger, Bruno Metsu, Guy Stephan. Il a pris l’équipe en 2006. Avec son duo avec Amara Traoré, il a amené le Sénégal en demi-finale. C’est-à-dire que sa longévité lui a permis d’arriver à ces résultats.»

Poursuivant son exposé, il précise  que  l’ouverture et  la stabilisation des effectifs dans  la vie de groupe en sélection nationale, constituent  également un point essentiel de performance. 

«Il faut une intégration, une acceptation des nouveaux et  une convergence des idées.  En 2012, nous avions la meilleure équipe sur le papier. On avait éliminé le Cameroun avec un parcours sans défaites. On était avec un contingent composé des meilleurs buteurs en Europe. Mais,  il y a  cette question de stabilité et conflits d’intérêts  qui ont fait que l’on avait deux groupes dans la même sélection.  Ce que l’on appelle les Sénéfs et les autres. Ce n’était pas facile de créer cette dynamique. Il faut aussi lutter contre les conflits de générations en réglant la question entre cadres et novices.  Et enfin l’acceptation et la prise en charge des objectifs de performance. Autrement, en créant cette symbiose», souligne le directeur technique.

Avant de conclure, «l’actuelle fédération actuelle est gage de stabilité. Toutes les questions liées à l’organisation des compétitions africaines sont derrière nous. One parle plus des questions de primes. Il y a des missions avancées, de prospections. Les équipes sont mises dans d’excellentes conditions. Ensuite, il y a de bons rapports entre la fédération sénégalaise de football et le ministère des Sports. Ce qui fait dire que nous sommes sur la bonne voie».

Omar DIAW

Comments are closed.