« Opération Viande Rouge » à Londres, ou comment «sauver» le soldat Boris Johnson

0
111

C’est une nouvelle semaine risquée qui s’ouvre pour Boris Johnson. Le Premier ministre britannique conservateur fait face à des appels à la démission, y compris au sein de son propre parti, après que la presse a révélé que lui et ses employés avaient organisé des fêtes alcoolisées, au sein de sa résidence pendant les différents confinements.

Deux opérations sont en cours pour maintenir Boris Johnson au 10, Downing Street. La première, officielle, s’intitule « Opération Viande Rouge » et repose sur des annonces que la presse qualifie volontiers de populistes, visant à détourner l’attention des beuveries dans la résidence : fin de la redevance télévisuelle pour 2027 (un serpent de mer politique), déploiement de l’armée dans la Manche pour empêcher les migrants de débarquer sur les côtes anglaises, à la place des garde-côtes jugés inefficaces par la droite britannique.

Deuxième opération, officieuse celle-là, l’opération « Sauver le gros chien ». Ou comment redorer l’image du Premier ministre ?

Une quinzaine de membres du gouvernement font le tour des médias depuis la semaine dernière pour soutenir publiquement Boris Johnson – une absence notable, celle du ministre de l’Économie, Rishi Sunak, pressenti pour lui succéder en cas d’élection chez les conservateurs. Ces porte-paroles semi-officiels laissent entendre qu’une partie du personnel de Downing Street pourrait être licenciée et que l’alcool y serait désormais interdit.

RFI.FR

Comments are closed.