« Nous nous interrogeons sur l’utilité de l’Ofnac même si nous reconnaissons sa pertinence », Mor Gassama, Enseignant-Chercheur à l’ucad sur l’Ipc 2021

0
123

L’on constate pour le regretter que malgré la volonté du pouvoir politique de lutter contre la corruption en mettant en place une autorité administrative indépendante, à savoir l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac), dotée de l’autonomie financière, force est de constater que ses rapports « n’ont pas eu beaucoup d’impact sur la gestion publique », fait savoir Mor Gassama, économiste et enseignant-chercheur à l’Institut national supérieur de l’éducation populaire et du sport (Inseps) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad).  

Cette institution dépourvue de pouvoir de sanction, et qui ne fait objet d’aucune exploitation ni par le chef de l’Etat pour d’éventuelles sanctions, ni moins encore par le procureur de la République « fait perdre au Sénégal des places sur l’Indice de perception de la corruption (Ipc) », regrette l’économiste. D’ailleurs, poursuit-il, « tous les rapports qu’elle (organe) a déposés dorment toujours dans les tiroirs de la présidence », a-t-il mis en exergue pour convaincre.  Cela dit : « Nous nous interrogeons sur l’utilité de cet organe même si nous reconnaissons sa pertinence ».

JEAN PIERRE MALOU

Comments are closed.