Neuf militaires sénégalais portés disparus, en plus des 2 décès, dans un accrochage entre l’armée et des éléments du Mfdc

0
133

24H après avoir déclaré la perte de deux (02) de ses éléments lors d’une patrouille en zone de frontière en Gambie, lundi dernier, l’Armée nationale annonce la disparition de neuf (09) militaires Sénégalais en Casamance. Ils «seraient probablement tenus en otage par le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc)», selon la Direction de l’information et des relations publiques des Armées (Dirpa) qui donne la mauvaise nouvelle.

02 militaires ont perdu la vie des suites d’un accrochage avec des éléments supposés appartenir au Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc), avait signalé la Direction de l’information et des relations publiques des Armées (Dirpa) avant-hier, lundi 24 janvier. A la suite de cette annonce, l’Armée nationale a fait une nouvelle déclaration hier, mardi 25 janvier 2022, pour signaler la disparition de neuf (09) de ses éléments.  «Neuf militaires portés disparus seraient probablement tenus en otage par le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc). Les opérations se poursuivent pour les retrouver et sécuriser la zone», lit-on dans le dernier communiqué de la Dirpa.

Les soldats interviennent pour sécuriser les forêts au Sud du pays, confrontées à un large trafic de bois. Un braconnage qui est en train de décimer ce qu’il reste des réserves de ressources ligneuses des forêts des trois régions méridionales du Sénégal, frontalières à la Gambie et la Guinée-Bissau dont les ports sont utilisés pour convoyer la marchandise vers des pays asiatiques (Chine, Inde…).  Dans ce sens, rien que dans le pays d’Adama Barrow, les Forces de défense révèlent que «durant les cinq derniers mois, 77 camions transportant illégalement du bois provenant du Sénégal ont été immobilisés par le 5e Détachement déployé au sein de la Force internationale en Gambie».

Les soldats réaffirment, en outre, leur engagement pour la défense de la nation. «Plus que jamais engagées dans leur mission sacré de protection du sanctuaire national, les Armées continueront à s’investir, sans relâche, pour retrouver les disparus et pour la préservation du potentiel forestier», rassure la grande muette.

Fatou NDIAYE 

Comments are closed.