Mbour/ Charretiers et conducteurs de Jakarta à la rescousse des clients

0
146

La grève des transports a fait tous ses effets dans le département de Mbour. La mobilité urbaine est presque nulle. Taxis-brousses («7 places»), taxis-clandos, bus et cars ont été les grands absents de la circulation routière. Seules les motos Jakarta et les charrettes étaient à l’honneur. Elles ont pris la place des transports habituels. Les usagers de la circulation de l’agglomération ont, en grande partie, renoué avec la marche pour aller au travail, à l’école ou vaquer à d’autres occupations. Les quelques rares défaillants ont très vite garé leurs véhicules, pour ne pas subir la colère des grévistes. La mobilité a été presque nulle, avec le manque de taxis et de bus.

Les quelques rares chauffeurs interrogés ont préféré partager les doléances évoquées par les Syndicats des transports. Malgré une politique du gouvernement et de la commune de Mbour de doter la ville d’un réseau routier pratique et moderne de plus de 20 kilomètres, les chauffeurs ont épinglé sur le tableau des revendications l’état des routes de première génération des quartiers centraux, parsemées de nids de poule et de parties crénelées.

Les usagers de la circulation et passagers infortunés avec la grève des transporteurs ont très vite commencé à décrire la situation et ont demandé l’ouverture de négociations pour un arrêt des difficultés vécues.

Les conducteurs de Jakarta ont fait des fortunes dans la Petite-côte. Plusieurs déboires ont été enregistrés dans la journée avec ce mode et moyen de transport inhabituel. Des grappes humaines, le long des avenues et artères principales guettant l’arrivée d’un taxi est la scène offerte aux Mbourois, avec la grève des transports, source de mille et un désagréments.

En lieu et place, les têtes de pont des taxis clandos, les charretiers et conducteurs de motos Jakarta ont fait la pluie et le beau temps. Se faisant désirer, leur exigence est sans appel sur les tarifs improvisés. Ils exigent la somme de 500 FCFA pour aller d’un point à un autre de l’avenue Demba Diop ou d’un quartier à un autre, le prix d’une course de taxi.

Les charretiers qui demandaient habituellement 100 FCFA pour rallier le centre-ville, à partir des quartiers périphériques, exigeaient, hier mercredi, entre 500 et 1000 FCFA.

Beaucoup de parents d’élèves ont préféré renoué avec la marche, en conduisant leurs enfants à l’école. Tout ce cortège de désagréments décrits est accompagné de faits insolites.

Une jeune dame non habituée à monter sur une moto a eu la surprise de sa vie en ratant la selle. Plus de peur que de mal, quelques égratignures aux fesses, après une chute sur le goudron.

Des conducteurs de Jakarta voulant coûte que coûte gagner un maximum de profit ont vite déchanté. Beaucoup d’entre eux ont vite connu des problèmes, en faisant des chutes ou des chocs.

Dans la commune de Mbour, la route nationale n°1 ou le corridor a piégé un conducteur de Jakarta roulant à vive allure. Ce dernier pensant pouvoir faire une course folle a dérapé, au moment d’aller prendre un client, pour se retrouver propulsé à quelques mètres de la route.

Dans la commune de Nguékokh, une voiture de type L200, roulant sur la nationale 1 presque déserte, victime d’un ennui mécanique a vu sa roue avant s’aplatir. Le chauffeur finit sa course à plusieurs mètres du trottoir, avant de heurter un agent de sécurité de proximité de la mairie. Le blessé complètement sonné a été secouru par les sapeurs-pompiers et le maire Pape Diouf. Il a été évacué à l’hôpital Thierno Mansour Barro de Mbour. Le maire, sur les lieux de l’accident, a déploré le choc et a conseillé les gens de ne pas s’approcher de la route pour éviter ce type d’accident.

Samba Niébé BA

Comments are closed.