Matam/ Une bonne évolution des cultures

0
134

Le début de la campagne agricole 2020/2021 s’est caractérisé par plusieurs situations fortement liées aux conditions météorologiques. Surtout en ce qui concerne les cultures  pluviales qui fortement tributaires de la pluie, ont par endroit subi les aléas d’un déficit hydrique. Notamment, à la fin du mois d’août et au début du mois de septembre, où selon Abdoulaye Camara le directeur régional du développement agricole, «  une pause assez longue de 15 jours, a suscité quelques problèmes  sur certaines cultures, mais le retour d’importantes pluies, qui ont touché la majeure partie de la région, a contribué à une bonne reprise de ces cultures ».

Parlant de la pluviométrie, le DRDR, a annoncé, une situation normale dans la plus grande partie de la région.

« En accord avec la dernière situation faite par la météo, nous sommes dans une situation normale dans la région. Nous avons eu une poche, au nord, dans le Ndandé mayo autour de Nguidjilone qui est excédentaire par rapport à la normale 90-2021, avec une pluviométrie qui fait au moins 100% de cette normale », révèle-t-il.

Avant d’ajouter, qu’ « Il y’a eu une autre poche autour de la commune de Ranérou avec un prolongement dans le Ferlo de Kanel qui est déficitaire avec des pluies qui se situent autour de 80% de la normale ».

Entre autres facteurs, de l’avis du technicien, qui auraient conduit à avoir une situation étagère au niveau du développement des cultures. Ainsi, dans le département de Ranérou où se trouvent les plus grandes surfaces emblavée, en cultures pluviales, l’installation assez tôt de l’hivernage, a fortement joué sur le comportement des cultures.

A la date du 21 septembre, en ce qui concerne l’arachide, on a passé l’étape de la formation des gousses et celle du remplissage pour la première vague de semis, alors que pour la deuxième , on est à l’étape de floraison …

Pour les céréales, s’agissant du maïs et du sorgho, on note, que les cultures sont à la phase de montaison début épiaison. Sur l’irrigué, où la pluviométrie a moins d’impact, le Drdr, révèle que « les réalisations portent à plus de 3000 hectares qui sont mises en culture, par semis directs ou par repiquage avec 1750 hectares dans le département de Kanel et 2780 hectares dans le département de Matam ».

Le risque réside dans le fait que beaucoup de producteurs sont en retard sur le calendrier cultural.

Au moment où la situation phytosanitaire est jugée satisfaisante, ce sont surtout les oiseaux granivores qui inquiètent les services de l’agriculture et les agriculteurs. « En général, quand il y’a une forte pluviométrie, il y’a assez de granulés sauvages pour que les oiseaux puissent se nourrir.Le risque réside dans le fait que beaucoup de producteurs sont en retard sur le calendrier cultural. Ce qui veut dire que leur riz arrivera à maturité bien après la fin de la campagne hivernale, d’où l’intérêt de prendre déjà les dispositions nécessaires  pour contrer d’éventuelles évasions aviaires », a averti le directeur régional du développement agricole.

Pape Moctar Ndiaye

Leave a reply