Marche interdite de  »Y’en a marre » et cie, examen de la loi sur le retour du Pm : Vendredi électrique à Dakar

0
148

Dakar risque encore de connaître une chaude ambiance, en ce vendredi 10 décembre. Pour cause, ce jour coïncide à la marche nationale de protestation de Y’en a marre et d’autres mouvements de l’opposition pour l’indépendance de la justice (interdite à la dernière minute par le préfet de Dakar Mor Talla Tine hier soir), et à l’examen au niveau de la représentation parlementaire de la loi restaurant le poste de Premier ministre. Une loi fortement dénigrée par l’opposition qui parle de pilotage à vue de l’action gouvernementale par Macky Sall qui avait supprimé la fonction en mai 2019.

Ce n’est pas seulement à l’Assemblée nationale qu’il risque d’y avoir une ambiance électrique, en ce vendredi 10 décembre 2021. Le pouvoir de la rue pourrait aussi s’exprimer dans les artères de la capitale sénégalaise. Le mouvement Y’en a marre entend battre en effet le macadam, ce jour, afin de « dénoncer l’instrumentalisation de la justice et toutes les autres pratiques malsaines du régime actuel », selon ses membres. Cette mobilisation citoyenne qui devait aboutir à de vastes manifestations publiques un peu partout dans le pays rentre dans le cadre d’un programme intitulé « Yoon Nagui Djing ».

À Dakar, cette marche de protestation devrait prendre le départ à la grande porte de l’université Cheikh Anta Diop pour se terminer à la place Soweto, en face de l’Assemblée nationale, tout itinéraire prohibé par l’arrêté Ousmane Ngom.

«Nous appelons à des manifestations publiques partout au Sénégal à partir du vendredi 10 décembre prochain. À Dakar, nous allons marcher de la grande porte de l’université Cheikh Anta Diop jusqu’à la place Soweto, devant l’Assemblée nationale, parce que trop c’est trop. Ce n’est plus une question de dialogue et de négociation : Macky Sall ne veut pas de ça, en vérité. Il ne connaît que le rapport de force.  Et nous allons l’affronter dans la rue. Ainsi, le vendredi 10 décembre, nous allons marcher et personne ne viendra nous dire que nous avons déposé dans le même itinéraire…Nous appelons tous les Sénégalais épris de justice à venir prendre part massivement à cette manifestation pour dénoncer l’instrumentalisation de la justice, et toute cette injustice qui est en train de dérouler dans ce pays », avait dit Thiat, un des membres du mouvement Y en a marre, lors d’une conférence de presse.

Entretemps, la manifestation de ce 10 décembre, pilotée par Y’en a marre et Frapp avait enrôlé presque toute l’opposition politique sénégalaise, à l’instar de la coalition Yewwi Askan Wi, du M2D, de la coalition Wallu Sénégal, comme une bonne partie de la société civile. Et alors que la manifestation nationale était autorisée dans plusieurs régions, Dakar restait encore à l’écoute du préfet.

C’est dire à quel point la situation était lourde de menaces si jamais l’autorité préfectorale décidait de restreindre la liberté de manœuvre des organisations protestataires qui ont affiché leur détermination à battre le macadam, même sans autorisation. Ce qui, malheureusement, s’est passé hier soir, puisque le préfet Mor Talla Tine a décidé tout bonnement d’interdire la tenue de la marche de Y’en a marre et cie. 

LE RETOUR CONTROVERSE DU POSTE DE PREMIER MINISTRE

A contrario, la tension ne devrait pas être l’apanage de la rue. Pour cause, l’Assemblée nationale ouvre au petit matin le bal de la confrontation entre pouvoir et opposition. L’examen de la loi restaurant le poste de Premier ministre, une loi fortement dénigrée par l’opposition qui parle de pilotage à vue de l’action gouvernementale par Macky Sall qui avait supprimé la fonction en mai 2019, est au programme de la représentation parlementaire. Or, l’opposition et le régime en place avaient déjà annoncé les couleurs depuis l’annonce en Conseil des ministres de la décision de faire revenir la fonction de chef de gouvernement. Les critiques acerbes du camp anti-Macky sur cette décision du président de la République, taxée au plus d’atermoiement dans la gouvernance politique du pays, et les répliques tout aussi agressives des partisans du chef de l’Etat, présageaient déjà d’une plénière où les chocs et/ou confrontations seraient frontaux entre députés de camps opposés. Autant dire que tous les ingrédients semblent réunis pour un vendredi de feu, principalement à Dakar.

M DIENG

Comments are closed.