Macky Sall au lancement de la mise en circulation du TER : Des mesures et des instructions, après la gloire

0
112

Le Chef de l’Etat Macky Sall s’est réjoui du Train Express Régional (Ter).  Il a, en outre, engagé son gouvernement à l’utiliser. Il a aussi promis de prendre en charge convenablement les doléances des impactés du projet et de veiller à la bonne exploitation du bijou.

Par Fatou NDIAYE

C’est un président Macky Sall satisfait de sa réalisation qui a pris la parole hier, lundi 27 décembre, devant un parterre de souteneurs et des autorités gouvernementales. «Ce 27 décembre 2021 marque une étape historique dans notre marche collective vers le Sénégal émergent. Une aube nouvelle se lève sur notre cher pays.  Il y a cinq ans, le 14 décembre 2016, ici même à Diamniadio, qui était alors une ville en état embryonnaire, nous lancions le chantier de la première phase du Train Express Régional sur un linéaire de 36 km, dont la deuxième phase mènera à l’Aéroport International Blaise Diagne, soit un linéaire total de 55 km». Mieux, dit-il, le lancement du Ter ayant eu lieu en 2016 est intervenu «131 ans après l’inauguration, en 1885, de la ligne ferroviaire Dakar – Saint-Louis».

Le lancement du Ter traduit, selon lui, une ambition de franchir «en vitesse une étape significative de notre marche résolue vers l’émergence». Cette option traduit, ajoute-t-il, «une volonté inébranlable de changer de paradigme ; une volonté de vivre notre temps ; une volonté d’épouser la modernité ; une volonté de regarder l’avenir avec confiance et ambition».  

Le président Macky Sall rappelle, en outre, que le Ter n’est qu’une partie de la marche vers des projets d’infrastructures d’envergures. «Aujourd’hui, nous réaffirmons cette volonté avec plus de force encore, puisque nous l’avons traduite en actes. Nous poursuivons notre marche résolue dans le sens de l’histoire et dans le temps de l’action».

Macky Sall tient à rappeler que la vision à la base du projet se trouve dans l’Axe 1 du Plan Sénégal Emergent, dédié à la transformation structurelle de l’économie nationale.  Elle est partie du constat «qu’avec moins de 0,3 % du territoire national, la région de Dakar concentre 25% de la population sénégalaise, et près de 70 % de l’activité économique du pays».

Dakar concentre également l’essentiel du parc automobile national et enregistre environ 40 000 nouvelles immatriculations par an ; alors même que la région ne dispose pas d’un système de transport de masse fiable et prévisible.  «Pour réaliser ce projet, le plus complexe de l’histoire de notre pays, il a fallu travailler dur, jour et nuit, y compris en temps d’intempéries et de crise sanitaire liée à la Covid-19», ajoute-t-il.

A cause de cette situation et aussi la lourdeur du financement, il a fermement engagé «tous les services concernés à veiller rigoureusement à la sécurité, la sûreté et la maintenance des installations, des équipements et des trains».

Comments are closed.