L’opposition se défoule sur la majorité parlementaire lors du vote de la modification de la Constitution

0
157

Réunis en session plénière hier, vendredi 10 décembre, les députés ont voté la restauration du poste de Premier ministre. Ce vote a été précédé par un débat houleux de plus de cinq tours d’horloge entre les députés de l’opposition qui accusent leurs collègues de la majorité de s’être entêtés dans leur erreur en votant la suppression de ce poste le 4 mai 2019.

Le vote du projet de révision constitutionnelle n°38/2021 consacrant la restauration du poste de Premier ministre a été précédé par de débats vifs entre les députés de la majorité et leurs collègues de l’opposition. En effet, après ouverture des débats de fond sur ce texte introduit en procédure d’urgence, certains députés de la majorité ont pris la parole pour justifier le bien-fondé de cette décision du président de la République.

Au premier plan dans le combat contre la suppression du poste de Premier ministre lors de l’examen du projet de loi constitutionnelle portant notamment suppression du poste de Premier ministre, le 4 mai 2019, les députés de l’opposition n’ont pas raté hier, vendredi, le ministre de la Justice, Garde des sceaux et leurs collègues de la majorité. En effet, prenant la parole en premier, Cheikh Tidiane Gadio dis avoir pris la parole sur demande d’un ami de l’opposition parce qu’en 2019, il avait soutenu la suppression du poste de Premier ministre. 

« J’avais dit que le président Macky connait très bien quoi il faisait. Aujourd’hui, je trouve qu’il a posé un acte d’humilité et de courage dans un contexte très complexe en raison de la pandémie. En effet, après avoir tenté une expérience de prendre en main la gestion du pays pendant cette période, il est revenu pour rétablir ce poste en raison de son calendrier chargé en 2022 du fait de sa prise en fonction comme président de l’Union africaine. Donc, nous n’avons fait qu’accompagner le président de la République », a-t-il justifié.

Abondant dans le même sens, Awa Guèye a indiqué que la restauration du Premier ministre constitue une réponse politique à la politique de relance économique. S’adressant au ministre de la Justice », elle déclarera : « les motifs que vous aviez évoqués lors de la suppression du poste de Premier ministre était de l’ordre conjoncturel et non structurel. Les résultats du Fast track sont bien visibles sut le terrain. Cette réforme est très consolidante car elle permet à l’Assemblée de reprendre ses prérogatives de voter une motion de censure et le président de la République le pouvoir de dissolution de l’Assemblée nationale. »

Toujours dans le même élan de justification de ce projet de loi, l’honorable députée Sira Ndiaye dira pour sa part: « Nous sommes réunis non pas pour polémiquer mais pour matérialiser la vision et le leadership d’un homme achevé qui ne cherche que le bien de son peuple ». S’adressant à ses collègues de l’opposition, elle martèle : « Votre haine pour le président Sall est-elle  plus forte que votre amour pour le peuple sénégalais. Continuez de vous opposer et nous de la majorité, on va continuer à bâtir le Sénégal avec le président Sall ».

« Ce projet de loi va permettre à l’exécutif de s’adapter au nouveau contexte de relance économique après la pandémie de Covid-19. La restauration du poste de Premier ministre va également permettre au président Macky Sall de se donner du temps pour sa nouvelle mission à la tête de l’Union africaine » renchérit le député Ibrahima Baba Sall.

Confortant cette position, les députés Abdou Mbow et Aymérou Gningue ont également estimé que les résultats de la suppression du poste de Premier ministre sont bien visibles et que l’opposition n’a pas d’argument. S’exprimant également sur le fond de ce texte introduit en procédure d’urgence, les députés de l’opposition ont tout simplement invité leurs collègues du camp du pouvoir à reconnaitre l’échec du président de la République en supprimant le poste de Premier ministre en 2019.

« Il y a 19 mois, vous êtes venus avec armes défendre la suppression du poste de Premier ministre. Ce, malgré les mises en garde de certains de nos collègues dont moi-même.  Comment avez-vous pu soutenu que le président pouvait cumuler ses charges avec celles de coordination de l’activité du gouvernement. L’erreur étant humaine, reconnaissez votre erreur devant les Sénégalais et vous aurez grandi », a martelé en premier l’honorable député Aïssatou Sabara à l’endroit du ministre de la Justice.

Une révision qui montre « l’échec du Président »

« Ce projet montre l’échec du président. Aujourd’hui, nous signons l’échec de la vision de votre leader. Monsieur le ministre, vous étiez là pour nous vanter le bien-fondé de la suppression du poste de Premier ministre. Aujourd’hui,, vous revenez nous vendre tout le contraire de ce que vous nous aviez défendu ici, en 2019. Dites à votre président que notre République est plus âgée que lui, on n’a pas besoin d’éprouver nos institutions. Ce projet traduit le tâtonnement et les errements du président Macky Sall », a renchéri Déthié Fall.

Abondant dans le même sens, Mame Diarra Fam indiquera que «les débats sont trop longs par rapport à la situation actuelle. J’avais dit ici, que le président Sall ne peut se passer du Premier ministre. Aujourd’hui, l’histoire m’a donné raison. Je pense qu’on n’avait pas besoin de tout ce débat qui n’est que répétition. Nous avions bien vu en 2019, c’est pourquoi nous étions opposés à la suppression du poste de Premier ministre ».

Pour sa part, le leader du mouvement Tekki, Mamadou Lamine Diallo, a indiqué que le motif de la présidence de l’Union africaine n’est pas valable puisque tout le monde savait depuis deux ans que c’est le président du Sénégal qui allait succéder au président de la République Démocratique du Congo à la présidence de l’Union africaine ».

«Si vous étiez d’accord que vous vous êtes trompé, ce débat n’aurait pas duré puisque personne dans l’opposition n’est pas contre le retour du Pm. En plus, je me demande pourquoi cette précipitation alors que le président lui-même a dit dans les médias étrangers qu’il n’était pas pressé et va attendre après les Locales ».

NANDO CABRAL GOMIS

Comments are closed.