Les Émirats signent une commande historique de 80 «Rafale» avec la France

0
139

Les Émirats arabes unis ont signé vendredi 3 décembre un contrat pour l’acquisition de 80 avions de combat « Rafale », à l’occasion de la tournée diplomatique du président français Emmanuel Macron dans la région du Golfe. Si ce contrat est inédit, car jamais aucun pays étranger n’a commandé un tel volume en une fois et dans une zone où les armements américains sont rois, il pose également question au niveau des droits de l’homme.

D’une seule fois, 80 Rafale dans une commande ferme sans option d’achat et surtout sans compensation financières ou industrielle. Cet achat d’un bloc sur étagère est en effet du jamais vu pour l’avion phare de Dassault.

Un succès que l’on explique au ministère français des Armées par l’excellence du « partenariat stratégique » qui lie la France aux Émirats arabes unis depuis des décennies. Paris, qui salue cet « aboutissement majeur » rappelle que les Émirats avaient par le passé déjà acquis 60 Mirage 2000-9, aux plus hauts standards.

Le choix du Rafale tient également à la moindre implication des Américains dans les Pays du Golfe. Puisque les États-Unis semblent concentrer leurs efforts plutôt sur la zone indopacifique, les Émirats ont choisi – par prudence – de diversifier leur offre en matière de sécurité en s’appuyant sur la France et l’excellence de sa technologie.

Des embauches massives chez Dassault

Le Rafale acheté sera le même que celui de l’armée de l’air française dans les années à venir. Il a été porté au standard F-4, soit un avion en tout point comparable au fameux F-35 américain de Lockheed Martin.

Il s’agit d’un avion très connecté, précisément, capable d’échanger des informations en temps réels entre plusieurs appareils, apte à désigner une cible à plusieurs sans passer par la voix ou par la radio classique.

Dans une valeur totale de 16 milliards d’euros, c’est un succès majeur pour l’entreprise Dassault, dont les carnets de commande sont plein pour les dix prochaines années. Le constructeur va devoir embaucher massivement afin de multiplier par deux ou trois la cadence de production du Rafale : à ce jour, seulement onze appareils sont produits chaque année.

De nouveaux contrats avec des régimes accusés de violation des droits de l’Homme

Si d’autres contrats juteux sont en vue, la course aux contrats avec des régimes non-démocratiques pose question, d’autant plus quelques jours après les révélations du site Disclose sur les dérives de la coopération antiterroriste franco-égyptienne.

Quant aux trois monarchies du Golfe, Paris les considère comme des alliés utiles. Car elles sont de gros clients pour l’armement français, ainsi que des interlocuteurs clés dans la lutte contre le terrorisme. « Coopérer avec ces États est essentiel pour garantir la sécurité des Français et Européens », a fait savoir l’Élysée.

Des alliés utiles, mais des alliés embarrassants aussi, car régulièrement accusés de violer les droits de l’homme. Washington et le royaume saoudien sont en froid depuis la mort du journaliste Jamal Khashoggi, en 2018 : la CIA a publiquement dénoncé l’implication du prince héritier Mohammed Ben Salman dans cet assassinat.

Les droits de l’homme, « une tache sur le bilan diplomatique d’Emmanuel Macron » ?

Pourtant, le président Macron deviendra, samedi 4 décembre, le premier dirigeant occidental d’envergure à serrer la main du dauphin saoudien… celui-là même à qui le président américain Joe Biden refuse d’adresser la parole.

L’Arabie saoudite tout comme les Émirats, sont aussi des clients de l’industrie de défense française… alors même que certaines de ces armes pourraient avoir servi dans la guerre au Yémen, à l’origine d’une des pires crises humanitaires au monde, selon l’ONU.

rfi.fr

Comments are closed.