L’eau au cœur de la réponse humanitaire du CICR

0
417

Saré Lao et Saré Koundiang sont deux villages voisins situés à quelques kilomètres de la ville de Kolda en Casamance. À la sortie de Kolda, sur la route nationale, vous roulez environ trente minutes puis vous bifurquez à droite. En arrivant, il est fort probable que vous rencontriez Hawa Kandé, responsable de l’association des femmes du village. Avec les autres femmes, elles transportent plusieurs fois par jour, des seaux d’eau, sur une dizaine de mètres, depuis un puits construit par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).  Ce puits destiné aux habitants dessert les deux villages tandis qu’un autre puits adapté à l’abreuvage est réservé au bétail.

Entre les deux villages, où il y avait autrefois des rizières asséchées, on trouve maintenant un pont en béton armé et une digue en terre pour retenir les eaux de pluies.  Dans la région naturelle de Casamance, la vulnérabilité au changement climatique, couplé au phénomène de rehaussement du niveau de la mer, affecte les terres agricoles et la biodiversité.

À la suite de la construction de cette digue, les villageois ont recommencé à cultiver du riz. L’infrastructure retient l’eau afin de permettre la riziculture.  Le riz cultivé est adapté au sol sablonneux et à l’eau salée. Il contribue à nourrir les habitants des deux villages. Le surplus est revendu sur les marchés hebdomadaires environnants permettant ainsi aux ménages d’assurer un minimum de revenu.

La réponse du CICR en collaboration avec la Croix-Rouge Sénégalaise (CRS) est la mobilisation des communautés affectées en leur faisant participer aux réponses aux défis auxquels elles font face. Dès lors, la réhabilitation ou la construction d’ouvrages (points d’eau, latrines, digues de rétention d’eau et anti-sel, puits maraîchers équipés en système solaire…) se fait de manière inclusive entre le CICR et les associations qui portent le leadership des villages. Pendant le déroulement du projet, des volontaires de la Croix-Rouge sénégalaise vivant dans la localité et des membres de comités de gestion mis en place sont formés pour entretenir et assurer la gérance durable de ces infrastructures.

Dans certains villages, les populations sont confrontées, entre autres, à l’enclavement qui était lui-même une des résultantes du stress hydrique. Ces ouvrages permettent l’amélioration de l’approvisionnement en eau potable et un meilleur assainissement de leur cadre de vie, ce qui réduit les maladies hydriques. On peut donc dire que l’amélioration de la gestion du système d’approvisionnement en eau de manière durable contribue à la réduction des vulnérabilités des communautés affectées. Nous voyons cela un peu partout dans les différents contextes où nous travaillons. L’eau est une ressource vitale pour les humains. Les sociétés humaines se sont en effet structurées autour de sa distribution et de sa maitrise. Pendant très longtemps, peu prévoyait que les pénuries d’eau douce deviendraient problématiques. Beaucoup pensaient que les ressources en eau étaient si abondantes qu’elles ne s’épuiseraient jamais.  L’ère de l’eau comme d’une ressource sûre, bon marché et facilement disponible a pris fin dans la plupart des régions du monde.

Au Sahel, diverses initiatives pour répondre de manière efficiente et novatrice aux défis de l’eau ont été lancées ou sont en voie d’être lancées. Par exemple, à Diffa, au sud-est du Niger, le CICR a contribué à améliorer l’accès à l’eau dans un conflit prolongé.  Lequel conflit mettait la pression sur une zone urbaine déjà confrontée à un stress hydrique. D’autre part, les infrastructures en eau étaient vétustes et insuffisantes. Avec le déplacement interne des populations affectées par le conflit, la distribution en eau était devenue intenable.  Le CICR a, donc, dû mettre à niveau les infrastructures pour qu’elles puissent répondre aux besoins immédiats tout en se projetant sur une perspective de solution à moyen et au long terme.

L’autre projet novateur qui montre la nécessité de penser la problématique de l’eau, d’une manière holistique, est l’exemple de Bassikounou.  Cette ville mauritanienne située à la frontière avec le Mali qui abrite environ 20.000 personnes, a vu sa population bouleversée par l’arrivée de 60.000 réfugiés maliens dont la plupart sont des éleveurs et qui ont été installés à 20km de cette ville.  Bassikounou déjà soumise à une pression hydrique, devait faire face à une extrême contrainte de distribution.  Les réfugiés, eux-mêmes, privilégient l’abreuvage de leurs bétails au détriment de leurs propres besoins en eau. Pour renforcer la résilience de la population hôte, à ce stade, le CICR a conduit toutes les études techniques pour consolider l’adduction et la distribution soutenable de l’eau pour la ville de Bassikounou et cherche un partenaire au développement pour financer le projet. Le CICR dont le mandat est d’apporter protection et assistance aux victimes des conflits armés voient de plus en plus son action défiée par une vulnérabilité large et structurelle dont elle ne peut répondre de manière totale et pérenne, toute seule.

Cette semaine, du 21 au 26 mars, le CICR participera au 9ème Forum mondial de l’eau, des centaines de décideurs venus d’horizons divers se réuniront pour discuter autour du thème « La sécurité de l’eau pour la paix et le développement ». Je penserai, en traversant les couloirs du CICAD où se tiendra le Forum, à Hawa Kandé, aux personnes résilientes de Saré Lao et Saré Koundiang et tout simplement à l’humain, pour qui, l’eau est avant tout, une question de survie. Pour elles, je rappellerai, chaque fois que je pourrais prendre la parole qu’il est nécessaire de collaborer en unissant ensemble les forces pour empêcher l’inversion des objectifs de développement. Une synergie entre acteurs étatiques et non étatiques est à même d’apporter une réponse durable dans les projets qui touchent à la gouvernance de l’eau dans les situations d’urgence et de fragilité telles que les situations de conflit armé ou de catastrophes naturelles. Car comme le dit si bien ce proverbe africain : Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin.

 

Mme Valentina Bernasconi,

Cheffe de la Délégation Régionale du CICR à Dakar.

(Sénégal, Gambie, Guinée Bissau et Cabo-Verde)

Comments are closed.