Le variant Omicron, défi pour la stratégie «zéro covid» chinoise

0
142

En Chine, le variant Omicron progresse. De plus en plus de villes déclarent des cas : aujourd’hui c’est la ville de Zhuhai, dans le sud en face de Hongkong, et ce matin, Shanghai a confirmé que ses quelques cas enregistrés ces derniers jours, sont bien, eux aussi, issus du variant Omicron. Et pourtant, la Chine applique une politique extrêmement stricte pour tenter de maintenir le pays à zéro cas.

À chaque fois qu’un nouveau cas est annoncé, c’est la même inquiétude : à Shanghaï, jeudi soir, les autorités ont confirmé cinq cas de Covid-19, liés à un malade de retour des États-Unis. Et cela suffit à rendre la vie des Shanghaïen plus compliquée : des quartiers sont confinés, des écoles fermées le temps d’effectuer des tests, et accéder à certaines villes comme Pékin, relève du parcours du combattant.

Xi’an, Tianjin, Anyang, Dalian, Hangzhou, Canton, Shanghaï et aujourd’hui Zhuhai… la liste des foyers s’allonge de jour en jours… mais la Chine campe sur ses positions : à chaque fois, elle teste massivement et confine des milliers, voire des millions de personnes.

Peu de chance de changement de stratégie

Omicron, plus contagieux, mais moins dangereux que les précédents variants, change-t-il l’équation ? Pour l’instant, à trois semaines des Jeux olympiques d’hiver, à Pékin, la Chine redouble de sévérité.

Et même par la suite, changer de stratégie ne sera pas facile : car si les Chinois sont vaccinés à 86%, leurs vaccins sont d’une efficacité limitée. Abandonner toute mesure pourrait jeter des millions de personnes dans les hôpitaux. Impossible à envisager pour les autorités, qui ont insisté sur le chaos et le nombre de morts en Occident, pour mettre en avant le succès de la gestion de l’épidémie par le Parti Communiste.

(avec RFI.FR)

Comments are closed.