Le Sénégal obtient les notes A- et A2 notification financière en monnaie locale

0
149

Le rapport de la première notation financière  en monnaie locale de l’Etat du Sénégal a été restitué hier, jeudi 30 septembre. Selon cette étude  conduite par le cabinet BLOOMFIELD INVESTMENT, le Sénégal a obtenu à long terme la note A- et à court terme la note A2. Ce qui veut dire en d’autres termes que le Sénégal a une économie résiliente.

Le Ministre des finances et du budget Abdoulaye Daouda Diallo a présidé hier, jeudi 30 septembre la cérémonie de restitution du rapport de la première notation financière en monnaie locale de l’Etat du Sénégal. Cet exercice, conduit par le cabinet BLOOMFIELD INVESTMENT vise à améliorer la transparence du marché des titres publics, par une information de qualité sur la situation économique et financière des émetteurs et à favoriser son développement par un élargissement de la base des investisseurs. A long terme, le Sénégal a eu la note A-  ce qui correspond à risque faible et à court terme la note A2.

A long terme, le Sénégal a eu la note A-  ce qui correspond à risque faible.

«A l’issue de ce processus deux notes ont été établies. Une note à long terme et une note à court terme. La note à court terme établit la flexibilité financière du Sénégal à moins de 12 mois. La note à long terme établit les fondamentaux de l’économie sénégalaise. A long terme, le Sénégal a eu la note A-  ce qui correspond à risque faible. Cela veut dire que l’économie du Sénégal est résiliente et a des fondamentaux assez solides pour absorber non seulement les chocs extérieurs,  mais la capacité  et la volonté à faire face à ses obligations financières  à courts moyens et longs termes. La note à court terme est de A2, une note d’investissement et veut dire qu’à court terme, le Sénégal a suffisamment de liquidités pour faire face à ces obligations  à court terme», a expliqué,  Kanisla Zeze, Pdg de Bloomfield.

Selon lui, l’accent a été mis  sur certains points notamment la soutenabilité de la dette.

«On a un pays qui a une dette assez soutenable. En regardant les ratios de la dette du Sénégal, il est le pays qui a des ratios qui sont les plus faibles en termes de  gestion de la dette. Le service de la dette est raisonnable. Le stock de la dette par rapport au Pib  est nettement en dessous de la norme communautaire qui est de 70%. Le Sénégal est à peu près à 62%», indique-t-il.

Présidant cette cérémonie de restitution, le Ministre des finances et du budget Abdoulaye Daouda Diallo a  relevé que le ratio d’endettement public reste contenu en-dessous du seuil de 70% du PIB imposé par les critères de convergence de l’UEMOA.

Selon lui, l’impact de cette hausse de la dette en 2020 a été atténuée par les économies réalisées au travers de l’adhésion à l’Initiative de Suspension du Service de la Dette multilatérale (ISSD) avec des reports d’échéances qui ont permis à l’Etat de réaffecter ses ressources sur les dépenses urgentes, en lien avec la crise.

«Il s’y ajoute la gestion proactive du profil de la dette par le biais en particulier de rachats de dettes, en anticipation, en saisissant les opportunités offertes à cet effet, par l’évolution des conditions de financement sur les marchés de capitaux. Au total donc, la trajectoire du déficit et la dynamique de la dette demeurent maitrisées. Un Comité national de la Dette publique a été instauré pour veiller à la coordination et à la mise en œuvre de la politique d’endettement ; pour s’assurer de la qualité des investissements», a-t-il laissé entendre.

NDEYE AMINATA CISSE

Leave a reply