« Le Sénégal a versé 4 millions d’euros pour l’organisation du Forum », Loïc Fauchon, président du Conseil mondial de l’eau

0
354

Ce lundi s’ouvre à Dakar le 9ème forum mondial de l’eau. En avant-gout de cet événement, Loïc Fauchon, président du Conseil mondial de l’eau, a émis tout son souhait de voir le forum ressortir des réponses concrètes. Il l’a fait savoir, le vendredi dernoer, à Dakar lors de petit déjeuner de presse.

En prélude du 9ème Forum mondial de l’eau prévu du 21 au 26 mars 2022, sous le thème de la « Sécurité de l’eau pour la paix et le développement », le président du Conseil mondial de l’eau, Loïc Fauchon, a fait face, à la presse le vendredi dernier, pour revenir sur les relents de ladite consultation. A la question de savoir si l’Etat a déboursé de l’argent pour le droit d’organisation, il répond par l’affirmatif. « Je confirme effectivement que l’Etat du Sénégal a versé 4 millions d’euros pour l’organisation du Forum de Dakar », a-t-il confirmé, non sans préciser que ce montant correspond aux droits d’entrée au forum ». A l’en croire pour l’ensemble des Forums, « il y a des droits de propriété », explique-t-il.

Ce 9e Forum mondial de l’Eau, qui s’ouvre lundi, à Diamniadio « va mettre en exergue des réponses africaines. Et c’est cela, l’originalité de ce forum organisé en terre africaine », a dit M. Fauchon.

« Des propositions très concrètes seront partagées lors de cet événement mondial, car l’eau est un bien universel, un droit humain », a-t-il indiqué.

Il précise que cette rencontre diffère d’une conférence internationale. Ce qui veut dire que « chacun, physiquement, peut venir participer pour porter ses inquiétudes, ses préoccupations et les solutions qu’il préconise », a-t-il expliqué pour lever tout amalgame.

Revenant sur le thème du forum le président Fauchon prévient que d’ici « 2050, 70 % de la population mondiale seront dans les villes ». 

Sous ce rapport ; « si le monde n’est pas capable de sécuriser l’eau nécessaire à la production alimentaire de demain, nous allons passer au travers ». Il dira qu’un forum est un rassemblement à la fois, thématique, politique, non sans préciser que plus de « 800 organisations dans le monde ont travaillé sur les thématiques qui seront exposées ou synthétisées à cette occasion ».

Revenant sur le but recherché, Loïc Fauchon d’affirmer que « la première priorité reste la sécurisation de l’eau, la deuxième concerne la production alimentaire et le dernier aspect s’intéresse à la coopération ».  

La nécessité de revoir la coopération internationale s’impose

Lors de ce point de presse le président du Conseil mondial de l’eau a soutenu que la coopération internationale doit être revue de fond en comble, car elle se fonde sur des relations coloniales. « Les mécanismes de coopération datent de 50 ans. Ils doivent être revus pour une coopération beaucoup plus égalitaire », a-t-il préconisé.

Il s’impose aujourd’hui de revoir les conditions de la circulation de la coopération en termes de connaissances, de finances et surtout d’innovation.

« Nous sommes venus aujourd’hui en Afrique subsaharienne, car nous avons vu émerger de très nombreuses solutions dans la gestion qui sont africaines, asiatiques et qui ne sont pas simplement des solutions européennes. Nous avons besoin d’un partage réel de la connaissance de l’innovation ».

A préciser que le Conseil mondial de l’Eau est co-organisateur du 9e Forum mondial de l’Eau avec l’Etat du Sénégal.

Lancée en 1995, cette internationale regroupe environ 400 organisations internationales, mais aussi des Etats, des gouvernements, des autorités locales, ainsi que les entreprises venant de 60 pays différents à travers le monde.

JEAN PIERRE MALOU

Comments are closed.