« Le parrainage pourrait constituer un élément de cristallisation des contradictions », Ababacar Fall Sg du Gradec

0
202

Spécialiste des questions électorales, Ababacar Fall prend très au sérieux le bras de fer qui oppose le régime en place à l’opposition et des mouvements citoyens autour de l’application du parrainage pour des élections législatives du 31 juillet prochain. Interpellé par Sud Quotidien, le Secrétaire général du Gradec est monté au créneau pour inviter l’opposition et le pouvoir à créer les conditions d’un dialogue franc et sincère sur la question pour, dit-il, éviter de plonger le pays dans des tensions inutiles préjudiciables à la paix sociale.

Le processus électoral en vue des élections législatives du 31 juillet prochain est aujourd’hui miné par le débat sur l’application du parrainage. Que pensez-vous cette situation ?

Le parrainage citoyen instauré au Sénégal et appliqué à l’élection présidentielle de 2019 continue de susciter au sein de la classe politique un débat sur fond de méfiance et de suspicion, quant à la volonté du pouvoir d’éliminer des adversaires politiques. Si dans le principe, la plupart des partis de l’opposition ne rejettent pas totalement le parrainage, sur les modalités de collecte et de contrôle des signatures, le rejet du système tel que pratiqué est unanime en dehors de la majorité présidentielle. Si on y prend garde, le parrainage pourrait constituer un élément de cristallisation des contradictions entre le pouvoir et l’opposition et constituer d’ores et déjà les prémisses d’un contentieux préélectoral, au vu des enjeux qui s’attachent aux prochaines élections législatives.

A votre avis qu’est-ce qui explique cette agitation de part et d’autre ?

Si la généralisation du parrainage citoyen à tous les candidats est présentée comme une volonté d’instaurer l’équité entre les candidats, il n’en demeure pas moins que dans beaucoup de cas et au vu de la pratique observée en Afrique, son application a visé d’autres objectifs qui tendent au regard de la complexité de l’opération et du système de contrôle, à éliminer des adversaires politiques.  Dans le principe, le parrainage citoyen est un moyen de crédibiliser et non de rationaliser les candidatures puisqu’en démocratie, la rationalisation est un principe contraire à la liberté des citoyens de concourir à l’expression du suffrage universel, pour autant, les mécanismes de mise en œuvre doivent être acceptés de façon concertée entre les acteurs politiques dans des proportions raisonnables qui ne favorisent pas le parti au pouvoir au détriment des autres partis de l’opposition.

Quelle solution préconisez-vous pour sortir de cette situation ?

Je pense qu’un parrainage citoyen souple reposant sur un système de contrôle clair et transparent doit être de mise pour dissiper les soupçons et méfiance. Plusieurs systèmes sont pratiqués à travers le monde, du parrainage par les élus au parrainage citoyen en passant par le système alternatif qui est qualifié également de complémentaire. A mon avis, le système alternatif est le meilleur moyen pour garantir la participation de tous ceux qui concourent à la collecte des suffrages en vue d’être élus puisqu’étant un système défini comme « parrainage à la carte ». Ce système de parrainage à la carte serait mieux efficace et a l’avantage de permettre à tous ceux qui veulent participer à la compétition électorale de le faire dans des conditions d’égalité. Ce système à la carte permettrait aux candidats qui ne peuvent remplir l’un des critères, de se référer à un autre critère réalisable. De façon concrète, il s’agira de permettre à un parti représenté à l’Assemblée nationale d’être parrainé par son ou ses députés ; le parti ne disposant de représentation parlementaire, de se faire parrainer par des élus au niveau des collectivités territoriales et enfin, le parti ou candidat ne disposant ni de députés, ni de conseillers dans les collectivités territoriales de recourir au parrainage citoyen dans des proportions raisonnables. Ce système alternatif adossé à l’obligation de verser un cautionnement non exorbitant serait à mon avis le moyen le plus démocratique permettant à tout candidat ou toute liste de candidats de se présenter à l’élection présidentielle ou aux élections législatives.

Pensez-vous qu’un dialogue est toujours possible au regard de la position ferme du pouvoir en place sur cette question ?

Sur la question du parrainage d’ailleurs, la Mission d’évaluation du processus électoral au Sénégal dans son rapport final est d’avis qu’il faut reconsidérer le système du parrainage tel qu’appliqué dans notre pays en concluant son rapport en ces termes : « En général, le parrainage est l’un des deux instruments (avec les cautions électorales) qui visent à assurer la légitimité des candidats en lice et en même temps à filtrer les candidatures fantaisistes. Cependant, le système de validation des candidatures est plus complexe et l’ensemble du processus doit être régi par des règles claires, équitables et prévisibles – depuis la collecte des signatures jusqu’à leur vérification. La mission a évalué chaque étape de ce processus en apportant des recommandations pour l’amélioration du système. La mission recommande que s’il est opté pour que le parrainage intégral soit préservé ainsi que les cautions électorales, les deux systèmes de filtres devraient être ramenés à des niveaux raisonnables. Dans la plupart des pays où ces deux mécanismes coexistent, ils sont fixés à des niveaux gérables et symboliques. Alternativement, la nécessité du parrainage intégral parallèlement aux dépôts électoraux pourrait être reconsidérée »

Au vu de tout cela, nous pensons que l’opposition et le pouvoir doivent créer les conditions d’un dialogue franc et sincère sur la question pour éviter de plonger le pays dans des tensions inutiles préjudiciables à la paix sociale. Il appartient au pouvoir dès lors de faire preuve d’ouverture ; il n’est jamais trop tard pour bien faire. Un consensus sur les règles du jeu a plus de portée et de poids qu’une loi controversée.

REALISE PAR NANDO CABRAL GOMIS

Comments are closed.