«Le Navétane sera arrêté partout où on aura des cas de violence», Matar Ba, Ministre des Sports

0
126

Le ministre des Sports, Matar Ba a condamné les actes de violences qui ont éclaté ce lundi lors des matchs « navetanes » à Rufisque ayant conduit à un mort et de nombreux dégâts au stade Ngalandou Diouf. Dans une intervention faite le même jour, le ministre des Sports s’est dit meurtri par ces scènes « inadmissibles et inacceptables » et promet d’arrêter le Navetane dans les secteurs où des cas de violences seront notés.


Matar Ba est monté au créneau pour condamner les actes de vandalisme qui ont éclaté au stade Ngalandou Diouf de Rufisque occasionnant un mis à sac de la pelouse et vestiaires. Mais aussi un mort et plusieurs blessés. 
« Ces actes sont inadmissibles et inacceptables. Personne ne peut cautionner de tels actes. Il faudra des mesures fortes. Car, le sport ne rime pas avec la violence. Certes, il y a toujours eu de la violence mais on n’avait pas atteint ce niveau. Il y a des milliers de matchs dans le pays mais c’est dans les grandes agglomérations qu’on observe de tels actes. Nous savons que les acteurs, ceux qui viennent suivre les matchs ne sont pas ceux qui brûlent le gazon. Mais, ce sont des éléments incontrôlés qui ne savent rien au sport », déplore-t-il dans une réaction faite sur TFM.

« Je suis meurtri parce que je connais tout le processus ayant conduit à la réfection et à l’ouverture du stade et de sa mise à la disposition des collectivités et des sportifs de Rufisque. Il est inadmissible que tous ces efforts fournis par l’Etat, avec l’argent du contribuable, qu’on détruise tout cela », regrette-t-il.

Le ministre des sports a annoncé que les Navétane vont être arrêtés partout où on aura noté des cas de violence.
« Les responsabilités doivent être situées. Au-delà de la sanction des Asc, il faut que l’on identifie les fauteurs de troubles. Nous allons parler aux responsables de l’ONCAV. Il y a lieu de s’arrêter et de suspendre. En attendant de redémarrer. Le Navétane sera arrêté partout où on aura des cas de violence », a-t-il martelé.

Omar DIAW

Comments are closed.