Le M2D entend passer à l’acte à cause de l’absence d’enquête sur les morts de mars 2021

0
216

En conférence de presse hier, vendredi 11 mars 2022, à l’occasion de la commémoration des martyrs de mars 2021, les leaders du Mouvement pour la défense de la démocratie (M2D) se sont montrés très remontés face à l’inertie du gouvernement du Sénégal, quant à la mise en lumière des morts du mois de mars 2021. Avouant prendre au mot le président Macky Sall qui avait déclaré, lors de son message du 8 mars 2021, engager l’Etat du Sénégal à faire la lumière sur ces morts, le M2D dit se rend compte que, jusqu’à présent, rien de tout cela n’a été fait. Sur cette base, Cheikh Tidiane Dièye et ses camarades entendent prendre toutes leurs responsabilités.

« Nous les avons pris au mot en nous disant qu’ils le feraient (enquête sur les morts de mars dernier-ndlr). Aujourd’hui, nous constatons qu’ils ne l’ont pas fait. Et si vous avez entendu nos discours, nous disons que ca fait déjà un an. C’est un délai raisonnable. Et nous nous disions que sur une année, le gouvernement avait la latitude pour faire ce à quoi il s’est engagé. Le président Macky Sall a renié sa parole, nous avons attendu pendant un an. C’est un délai raisonnable. Un an sans rien faire, nous allons prendre toutes nos responsabilités », a déclaré Cheikh Tidiane Dièye, coordonnateur du Mouvement pour la défense de la démocratie.

Et de poursuivre : « Ce qui fait qu’avec toutes les autres organisations, on a cité tout à l’heure Amnesty International qui travaille aussi sur ce dossier judiciaire, et nous, notre commission judiciaire et les avocats qui nous accompagnent, nous allons poser maintenant ces actes sur lesquels nous étions engagés, que nous avions annoncés pour aller le plus loin possible », a poursuivi le coordonnateur du M2D.

Avant d’arguer : « Parce que nous n’avons plus aucune raison de croire que le gouvernement du Sénégal poserait le moindre acte sur ces cas-là. Mais nous le ferons sans doute en partenariat avec d’autres organisations, notamment avec Amnesty comme vous l’avez vu qui a aussi fait du travail, qui a documenté. Je crois que Amnesty et la Ligue sénégalaise des droits de l’homme et AfricaJom center et d’autres comme Y’en a marre ont aussi posé des actes dans ce sens ».

Concernant par ailleurs les dédommagements des victimes, annoncés dans la foulée par le chef de l’Etat, les leaders du M2D ont dénoncé le non-respect de la parole donnée par le président Macky Sall avant d’informer sur les dépenses liées à la prise en charge des victimes que le mouvement a engagées avec les autres organisations. « Il (Macky Sall-ndlr) avait parlé de dédommagements, des réparations pour les victimes. Et pour vous dire, le M2D et les organisations parties prenantes ont, depuis un an, fait entrer plus de 65 000 000 FCFA, l’Etat n’a pas fait la moitié de ça. Au contraire, ils sont allés voir les familles et essayer de les corrompre ».

En ce qui concerne par ailleurs le dossier et l’inculpation d’Ousmane Sonko, le M2D invite l’Etat du Sénégal à « mettre fin immédiatement au complot politico-judiciaire fomenté contre Ousmane Sonko et s’abstenir de toutes nouvelles charges contre lui et lui restituer son immunité parlementaire». De plus, a-t-il conclu, « Le dernier point est un point fondamental devenu une exigence nationale. Il est inacceptable que ce dossier puisse continuer. Il n’y a aucune raison de confisquer le passeport d’un homme politique sur des affaires politiciennes pour l’enfermer dans le pays ».

OUSMANE GOUDIABY (STAGIAIRE) ET M D

Comments are closed.