Lancement de PAGOTRANS : «Pour un système de transport accessible, intégré et durable»

0
164

Le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Mansour Faye, a lancé hier, mardi 21 sept 2021, au Grand Théâtre,  le Projet d’Appui à la Gouvernance des secteurs de Transports au Sénégal (PAGOTRANS), en présence d’Irène Mingasson, Ambassadrice de l’Union Européenne (UE) au Sénégal. Ce programme financé entièrement par l’UE a pour objectif de doter le pays d’un système de transport accessible, intégré, durable et meilleur dans la sous-région.

Mansour Faye, Ministre Sénégalais des Transport terrestres, au lancement de POGOTRANS, le mardi 21 septembre 2021 au Grand Théâtre, Dakar

Le Sénégal veut avoir un système de transport le plus performant et le meilleur dans la sous-région, particulièrement, et en Afrique. Lors de la cérémonie de lancement de PAGOTRANS, le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Mansour Faye, a déclaré : «le Programme d’Appui à la Gouvernance des secteurs de Transport au Sénégal (PAGOTRANS) apporte son soutien aux efforts importants consentis par l’Etat du Sénégal afin de doter le pays d’un système de transport accessible, intégré et durable, socle de la transformation structurelle de l’économie, pour le développement des territoires et la promotion de l’intégration régionale».

Depuis 2012, l’Etat s’est engagé dans la modernisation du système de transport et de sa gouvernance, par l’adoption en 2020 de la nouvelle loi d’orientation du transport terrestre, par la réhabilitation et le développement des réseaux routiers structurants. Outre, la construction d’autoroutes modernes destinés à améliorer des conditions de mobilité et de sécurités des usagers de route. Au-delà de l’entretien routier indispensable à la préservation des réseaux, une priorité du gouvernement du Sénégal, près de 2000 km de route revêtu et plus de 200 véhicules ont été construites et mise en circulation, entre 2012 et aujourd’hui. Ce qui a contribué à hisser le réseau routier du pays parmi les meilleurs de la sous-région et en Afrique, a dit le ministre. Pour Mansour Faye, «ces efforts soutenus de l’Etat du Sénégal ont nécessité la mobilisation d’importantes ressources financières qui ont impacté positivement la qualité du réseau. Cette dynamique doit être poursuivi pour améliorer l’indice d’accessibilité route des populations notamment dans les zones rurales afin d’instaurer une équité territoriale et sociale».

Selon le ministre «c’est tout le sens des grands projets de l’Etat comme le Bus Rapid Trasit (BRT) et le Train Express Régional (TER) dans l’agglomération dakaroise pour réduire la décongestion de la circulation routière et la dépollution de l’air. Toutefois, malgré la volonté politique et l’engagement du gouvernement du Sénégal, nous sommes conscients qu’il y a encore des efforts à faire pour une meilleure gouvernance du secteur des transports. Raison pour laquelle, l’Etat du Sénégal apprécie à sa juste valeur l’appui de l’Union Européenne (UE) pour améliorer la gouvernance du secteur grâce au PAGOTRANS» a apprécié M. Faye.

Et de souligner que ce programme comporte essentiellement deux composantes : d’abord, une composante assistance technique portant sur l’opérationnalisation de la banque centre des données routières, l’amélioration de la gestion de l’entretien routier et la fluidité du service de transport sur le corridor Dakar-Bamako et ensuite une composante communication axée sur la sensibilisation autour de la charge à l’essieu, l’entretien routier, la sécurité, la lutte contre les pratiques anormales, les changements climatiques, la pollution et la prise en compte des genres dans l’environnement des transports. Par conséquent, la réussite de ce programme dépendra de l’implication active de l’ensemble des segments de transport, a conclu le ministre Mansour Faye.

DE LA CENTRALITE DU SECTEUR DES TRANSPORTS POUR REALISER UNE INTEGRATION SOUS REGIONALE, LA LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES, DES BIENS ET DES SERVICES

Irène Mingasson, Ambassadrice UE, au lancement de POGOTRANS, le mardi 21 septembre 2021 au Grand Théâtre, Dakar

Pour sa part, l’Ambassadrice de l’UE au Sénégal a ajouté qu’«investir dans un réseau d’infrastructures routières et des moyens de transports fluides et efficaces, c’est donner priorité aux échanges, à tous les niveaux. Car, faciliter la mobilité des biens et des personnes, c’est la clé d’une vision qui tend à booster l’activité économique au niveau national et régional». C’est pourquoi, a relevé Irène Mingasson «l’UE, qui s’est bâtie sur un objectif d’intégration, peut témoigner de la centralité du secteur des transports pour réaliser son espace sans frontières intérieures, de libre circulation des personnes, des biens et des services. Nous sommes donc convaincus que le secteur des transports est absolument primordial pour l’intégration régionale en Afrique de l’Ouest et il fait naturellement partie des objectifs partagés de notre partenariat au niveau des pays de la sous-région, avec l’UEMOA».

Toutefois, a insisté l’Ambassadrice de l’UE, «pour que ces investissements soient durables, il faut en assurer une gestion consciencieuse et volontariste, qui les protège des dommages causés par un usage excessif, ou non-réglementé de ces infrastructures. C’est ainsi que le secteur du transport pourra jouer pleinement son rôle de pilier de la croissance socio-économique durable et inclusive du Sénégal. En effet, l’UE, forte de son expertise et de son engagement de longue date, est prête à accompagner le Sénégal dans la mise en place d’un modèle de mobilité durable qui servira d’exemple dans la région toute entière».

Barthélémy COLY (Stagiaire)

Leave a reply