«La violence, c’est nous tous. Nous devons nous donner la main», Matar Ba, Ministre des Sports

0
158

Le  projet de budget au titre de l’année 2022  du ministère des sports a été voté hier, dimanche 12 décembre, à l’Assemblée nationale. Face aux députés,  le ministre  Matar Ba a donné des réponses à la question des violences notées  dans l’arène et dans le navétanes (championnat de football populaire). Sans occulter des réponses aux questions liées aux infrastructures ou encore sur la prochaine CAN de football, le patron du sport sénégalais estime que la violence interpelle tous et nécessite une analyse beaucoup plus profondePour l’exercice 2022, son budget est arrêté à plus de 33 milliards FCFA, soit une hausse d’1 milliard 900 millions FCFA  rapport au montant alloué en 2019. Devant les députés, la question de la violence dans le sport a été au centre des débats.

Le ministre des sports Matar Ba a défendu hier, dimanche 12 décembre,  son projet de budget au titre de l’année 2022, à l’Assemblée Nationale.  La question de la violence notée dans l’arène et dans le navétanes (championnat de football populaire) ont occupé une des débats. Si d’aucun, à l’image de la député Ndéye Mareme Ndiaye demande la suspension des Navétanes et faire une évaluation, d’autres réclament la tenue d’états généraux pour éradiquer ce fléau ou encore  la rationalisation des ASC de quartier.

D’autres parlementaires  comme le député Seydou Diouf estiment que la violence n’est pas l’apanage du sport. Selon lui, elle est diffuse dans la société et se transpose aussi bien dans  le sport que dans les autres segments comme la politique. Selon lui, la violence nous interpelle nous tous. “La violence, c’est nous tous et nous devons nous donner la main. Le navétane n’est pas inutile. Le navétane joue un rôle important. Le navétane accompagne les politiques publics. On ne peut pas interdire à des jeunes de se mobiliser pour faire des activités pour leurs épanouissements. Il faudrait que l’analyse soit beaucoup plus profonde. Il  faut que l’on sache qu’au Sénégal, il y a plus de 65 % des jeunes qui doivent s’occuper et faire des activités. On est en train de trouver des lieux pour cela. Maintenant le reste, que personne ne nous dise que c’est l’autre qui doit régler la violence. Nous devons nous donner la main. L’arrêt de ces navénanes, ce n’est pas une sanction négative. Quand il y a des difficultés, il  faut arrêter, réfléchir, améliorer et faire des propositions. C’est pourquoi l’ONCAV a suspendu les activités du Navétanes», a-t-il déclaré. 

«Aliou Cissé a notre soutien à 100%»

Le patron du  sport sénégalais est également revenu sur  la Coupe d’Afrique des Nations prévue  en janvier prochain en réponse à l’interpellation de la députée Aïda Mbodj appelant  à l’union sacrée autour de l’équipe nationale A du Sénégal. «Nous réaffirmons ici qu’Aliou Cissé a notre soutien à 100% parce qu’il ne serait pas cohérent d’avoir un entraineur qui engage un combat pour l’intérêt de la nation et ne pas le soutenir. L’Etat reconnait les performances d’Aliou Cissé et a joué sa partition en finançant son projet de travail. Si l’Etat n’avait pas réglé les difficultés au niveau de l’équipe nationale : les primes, les longs voyages, on ne serait pas meilleure équipe africaine sur le classement africain depuis plus de 36 mois. Toutefois, cela n’enlève en rien le rappel de l’objectif des Sénégalais qui est légitime, basé sur du concret. Parce que quand on a une bonne équipe, une Fédération qui travaille et l’Etat qui finance, l’ambition est légitime», a-t-il affirmé.

Omar DIAW

Comments are closed.