La vie des «Garçons manqués» : entre le marteau des préjugés sociaux et l’enclume du rejet par les copines

0
254

Certaines filles ressemblent, trait pour trait, à des garçons, du fait de leur physique trop masculin. Elles se caractérisent par un comportement audacieux, un style sobre et un langage dur. Autant de raisons qui peuvent leur valoir le sobriquet de «garçons manqués». Ces filles mènent une vie qui n’est pas du tout rose à causes des préjugés sociaux. Ce qui fait que beaucoup d’entre elles souffrent, en cachette, même s’il y en a qui s’acceptent, telles qu’elles sont.

«Garçon manqué !» On a tous au moins une fois entendu ce surnom, pour désigner une amie, connaissance ou même une inconnue qui a une attitude d’homme. Que ce soit dans la façon de parler, la gestuelle de même que le style vestimentaire, tout (en elles) laisse croire ou renvoie à des garçons, à cause de leur physique. Cette morphologie constitue, en quelque sorte, un frein pour certaines d’entre elles.

Habillée d’un jean assorti d’un Lacoste et des baskets, de loin on aurait cru un garçon. Fatoumata Bathily fait partie de ce groupe. Selon elle, sa morphologie est due à la fréquentation constante des garçons. «Etant jeune, je ne fréquentais que des garçons qui vivaient dans mon quartier. Au début, ils me chassaient, mais mes frères ne les laissaient  pas faire. A chaque match, je faisais tout pour jouer. Et quand ils ont découvert mes talents de joueuse, ils ont commencé à m’accepter dans leur groupe. C’est comme ça que je trainais avec eux partout. Avec les filles, je n’ai aucune relation particulière par ce qu’elles me jugent et se moquent de moi», explique-t-elle.

Et de poursuivre : «cette fréquentation a complétement transformé mon physique car je jouais au basket, au football, entre autres. Parfois, je me sens mal dans ma peau avec les regards curieux, mais je n’y peux rien», se désole Fatoumata qui dit n’avoir pas de petit-ami car, selon elle, aucun homme ne voudrait d’elle comme copine.

De légers biceps se voient à travers son tee-shirt qui moule pratiquement son corps et ses mains garnies de bracelets de tous genres. Dieynaba Tine voudrait aujourd’hui redevenir une jeune fille «normale», pour vivre comme toutes les jeunes filles de son âge. «Ce physique d’homme que j’ai est un véritable frein pour moi. Au début, je ne me souciais pas de ce que pensent les autres. Mais maintenant, je veux redevenir ‘’normale’’ pour fonder une famille et faire tout ce que les jeunes filles font. Je subis une sorte de rejet de la part des amies et cela me fait mal. C’est pourquoi je continue de fréquenter les hommes qui n’ont aucun problème et ne me jugent pas», confesse-t-elle.

Si ce physique de garçon crée une gêne chez certaines, tel n’est pas le cas pour d’autres qui semblent avoir un mental de fer pour tout encaisser. Pantalon légèrement abaissé, laissant voir une partie de ses dessous, cette fille qui a requis l’anonymat ne se soucie pas de ceux qui la jugent. Pour elle sa morphologie ne  constitue guère un frein mais plutôt, une force. «J’ai grandi au beau milieu d’un cercle d’homme et je ne fréquentais jamais les filles. C’était mon choix et les membres de ma famille m’ont laissé faire, après plusieurs mises  en garde. Je faisais tout avec mes potes qui me considéraient comme une sœur. En grandissant, je me suis aperçu de mon physique dont je suis fière donc. Pourquoi me torturer l’esprit avec une chose qu’on ne peut pas changer ?», fustige-t-elle.

Avant d’assumer : «je me sens bien ainsi et les critiques ou moqueries ne me feront  pas changer d’avis. Les filles qui me jugent, je ne les calcule même pas», martèle cette jeune fille qui se confie sous le couvert de l’anonymat. La vie des garçons manqués ne semble pas du tout être facile car la pression sociale pèse énormément sur leurs épaules. Même si certaines tiennent le coup, tant bien que mal.

Amsatou GANO (Stagiaire)

Comments are closed.