La DPPE prévoit une croissance de 11,5% en 2023 projetée contre 5,5% en 2022, sur l’impact de l’exploitation des ressources pétrolières et gazières sur l’économie sénégalaise

0
146

Une étude réalisée par la direction générale de la planification et des politiques économiques (Dppe)  révèle que les prévisions  intégrant la production du pétrole et du gaz tablent sur une croissance économique de 11,5% en 2023 contre 5,5% en 2022, soit un gain de 5,7 points de pourcentage. Selon le document, cette forte évolution de la dynamique économique serait attendue avec des implications significatives sur les finances publiques.

Les prévisions sur le moyen terme, intégrant la production du pétrole et du gaz dans la branche des activités extractives tablent sur une croissance économique de 11,5% en 2023 contre 5,5% en 2022, soit un gain de 5,7 points de pourcentage (scénario de base).  C’est ce qu’a révélé une étude  de la direction générale de la planification et des politiques économiques (Dppe). Cette étude s’inscrit dans ce contexte avec comme objectif principal de mesurer l’impact des revenus issus de l’exploitation des ressources pétrolières et gazières sur l’économie Sénégalaise. 

Un Modèle d’Equilibre Général Calculable dynamique inter temporel est utilisé pour réaliser les simulations en tenant compte des recettes provenant des trois projets en cours de développement, en l’occurrence GTA, Sangomar et Yakaar-Teranga. Selon le document, cette forte évolution de la dynamique économique serait attendue avec des implications significatives sur les finances publiques.

Pour le scenario de base, les résultats montrent que le financement des dépenses d’investissement grâce aux recettes provenant de l’exploitation aurait une incidence positive sur l’activité avec le PIB, la consommation et les investissements privés qui augmenteraient en moyenne respectivement de 2,56%, 1,8% et 3,08% sur toute la période d’exploitation. Les échanges extérieurs s’amélioreraient avec notamment une hausse moyenne plus importante des exportations de 5,46% contre 2,42% pour les importations, se traduisant par une évolution favorable du compte courant de 0,97%. Suivant l’étude, le scenario favorable offrirait globalement les mêmes tendances avec des impacts nettement plus élevés.

«Les orientations du PSE, comme clé de répartition sectorielle 3 des recettes provenant de l’exploitation, seraient propices à la diversification de l’économie. Enfin, de nouvelles découvertes pourraient entrainer une perte d’efficience des dépenses publiques imputables à la contrainte d’absorption budgétaire», lit-on dans le document.   Selon l’étude, les simulations révèlent que les revenus tirés de l’exploitation des ressources pétrolières et gazières devraient davantage être investis. Dans ce sens, la source recommande aux autorités publiques de mettre en place un portefeuille de projets prioritaires sur le moyen et long terme. Une telle approche, rapporte le document,  renforcerait la transparence et la confiance des sénégalais dans la gestion.

NDEYE AMINATA CISSE

Comments are closed.