Kolda et le Fouladou : Les clients subissent la dure loi des transporteurs

0
165

Le Fouladou aussi a subit les désagréments de la grève générale des transports. Les voyageurs surpris se sont retrouvés à la gare routière de Kolda, sans aucune possibilité d’emprunter un taxi ou car. A l’image de Ismaël qui voulait se rendre au Kabada, dans la région de Sedhiou. Furieux, il déclare : «les clients méritent un respect. Quand il y a grève, il faudra des communiqués pour avertir les citoyens. Et faire un service minium. La grève ne touche jamais les autorités qui ont leurs véhicules».

Ici aussi  les chauffeurs et transporteurs du Fouladou ont respecté le mot d’ordre de grève du Cadre  unitaire des syndicats  des transports routiers du Sénégal (CUSTRS).  Omar, un chauffeur que nous avons pu contacter, précise qu’il n’est pas un responsable de syndicat mais trouve légitime le combat. «Les autorités doivent savoir écouter les travailleurs. Il faut arrêter de prendre des engagements sans pouvoir les respectés.»

A  Vélingara, autre département de la région de Kolda, la grève a été bien suivie ; «coxeurs» (rabatteurs) et chauffeurs sont au repos. Certains comme Fall en profitent pour aller faire un entretien de son car. Les véhicules trouvés sur place sont  cloués au sol. Les vendeurs et  coxeurs se  tournent les pouces, faute  d’acheteurs et de passagers.

Mamadou Diouldé Diallo, le président du Regroupement des chauffeurs et transporteurs du département de Vélingara explique : «nous observons cette grèves, à l’instar de nos autres collègues chauffeurs des régions. Et ici je peux vous dire que la grève est largement suivie, il n y a que trois véhicules, les autres chauffeurs  habitants d’autres régions sont rentrés  chez eux  la nuit».

A l’endroit des victimes, les usagers, il dira : «nous  nous solidarisons avec les populations qui seront durement éprouvées  durant  ces deux jours. Mais,  il faut qu’elles sachent que la lutte est légitime. Nous revendiquons de meilleurs conditions de travail, l’arrêt  des tracasseries  policières et l’allégement des lourdes charges qui pèsent sur les transporteurs».

Ousseynou Sène, secrétaire général du Syndicat  des chauffeurs et  transporteurs  du département de Vélingara  précise : «nous persisterons sur notre position, tant que  l’Etat n’acceptera  pas  de nous recevoir pour régler  les multiples problèmes qui gangrènent le secteur  du transport routier au Sénégal», a-t-il prévenu dans un  entretien avec la presse.

Au Fouladou, certains passagers ont été sauvés par les deux roues. «Nous sommes d’accord avec les chauffeurs, nous sommes les plus fatigués par les Forces de sécurité mais nous avons bien travaillé pendant cette première journée de grève», lance Ouseynou, un conducteur de Jakarta qui revenait de Sédhiou où il a emmené un client.

  Abdou DIAO 

Comments are closed.