Kaolack / Les producteurs et opérateurs expriment leur volonté à avoir plus

0
154

En Conseil des ministres réuni en sa séance hebdomadaire du mercredi 17 novembre dernier, le gouvernement du Sénégal, contrairement à la volonté du Comité interprofessionnel de l’arachide (Cnia) qui exprimait un prix de 270 frs le kilo, a finalement retenu les 250 frs comme prix de base. Une décision du gouvernement qui n’a pas tardé à susciter de nombreuses réactions autant chez les producteurs d’arachide, les opérateurs, petits spéculateurs et autres exportateurs de graines vers les marchés extérieurs.

Si, à la sortie de la réunion ministérielle, un soulagement général s’est manifesté au sein des paysans et les organisations qui les mobilisent, dans les entités d’opérateurs c’est une appréciation qui est totalement en porte-à-faux. Car, pour les opérateurs, ce prix devrait faire l’objet d’une hausse à 270 frs pour mieux favoriser les intérêts des uns et des autres parmi les acteurs. Surtout les producteurs qui seront confrontés, sans peut-être le savoir, à faire un rajout de 20.000 frs à la tonne pour se procurer prochainement de l’engrais et 55.000 Frs à la tonne de semence d’arachide.

Ces chiffres sont en effet sortis de la dernière rencontre du Cnia qui précédait l’introduction de son rapport auprès du gouvernement. Ainsi, au courant de l’année précédente, le même prix a été infligé aux producteurs. En ces moments de la commercialisation, le producteur cédait 6000 frs pour s’offrir une tonne d’engrais et 175.000 F d’apport pour une tonne d’arachide.

Contrairement à cette année où il est obligé de verser 230.000 frs. Ce qui, du reste, correspond à une hausse de 55.000 frs. Des mouvements certes, mais qui justifient la décision du Cnia de proposer cette année le prix de 270 Frs au kilogramme d’arachide. À cela s’ajoutent les difficultés auxquelles les producteurs ont été confrontés pendant la dernière saison hivernale.

Une situation qui fait que dans certaines localités du pays, les rendements ont été bons mais mauvais dans la majeure partie des contrées. C’est pour dire que sur les quatre (4) vagues de semis exploitées la saison précédente, c’est seule la première et la seconde qui ont produit des résultats. C’est aujourd’hui l’exemple dans le Nord du pays où les producteurs de manière générale n’ont quasiment pas eu de rendement.

Face au marché extérieur par contre, les opérateurs somment l’Etat de privilégier les sociétés nationales en matière de collecte. Autrement dit, leur offrir les quantités nécessaires fixées dans leurs prévisions avant d’ouvrir les modalités d’exportation. Ceci, pour payer les efforts des acteurs nationaux ayant été à l’origine de toutes les opérations aboutissant à la production souvent obtenue au Sénégal. Car, pensent les opérateurs, les plupart des subventions viennent du contribuable et en aucun cas ne peuvent profiter plus à des étrangers. 

ABDOULAYE FALL

Comments are closed.