INTROSPECTION

0
131

De l’insouciance, à l’ignorance, en passant par l’absence totale de responsabilité (pour ne pas dire le matey), ils s’exposent et exposent leurs voisins, amis, parents voire enfants.

Ils doutent encore ! Ils doutent toujours de l’existence de cette maladie invisible qui est en passe de mettre à genou l’économie mondiale. Ils doutent de sa capacité de transmission rapide voire de sa possibilité de se réadapter d’un continent à un autre. Ils, ce sont ces Sénégalais, qui ne semblent guère inquiets du covid-19. Ils continuent encore à braver toutes les mesures d’hygiène édictées par nos médecins mais aussi par l’organisation mondiale de la santé (OMS). Dans les marchés, les arrêts cars, les transports en commun, les grands-places et autres gargotes, aucune nouvelle attitude ou presque n’a été adoptée.

De l’insouciance, à l’ignorance, en passant par l’absence totale de responsabilité (pour ne pas dire le matey), ils s’exposent et exposent leurs voisins, amis, parents voire enfants. Entendons nous bien, le confinement total serait presque une illusion dans un pays où plus de 80% de la population cherchent la queue du diable pour la tirer. Toutefois, certaines attitudes sont tout simplement inacceptables face à ce virus sournois qui n’a épargne ni le 10 Down Street, le Buckingham Palace voire le Bureau Ovale ou encore l’Elysée. Il ne connaît ni classe sociale encore moins de «Domou Sokhna». L’âge importe peu chez lui. Que vous soyez vieux, jeunes, enfants, hommes ou femmes, il n’en cure. Déjà, entre fin décembre 2019 et hier, mercredi 1er avril, il a ôté la vie à plus de 43 000 personnes dans le monde et confié plus de 3 milliards d’individus. L’OMS a relevé hier, une progression «quasi exponentielle» de la pandémie. «Je suis profondément préoccupé par l’escalade rapide et la propagation mondiale des infections. Le nombre de décès a plus que doublé au cours de la dernière semaine.

Dans les prochains jours, nous atteindrons 1 million de cas confirmés et 50 000 décès», a déclaré le directeur général de l’OMS, l’Ethiopien, Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d’une conférence de presse virtuelle depuis Genève. C’est dire que c’est la pire crise à laquelle l’humanité ait été confrontée depuis 1945. Le covid-19 menace même de submerger, la première puissance mondiale, les Etats-Unis. Pendant ce temps, nous, Sénégalais, continuons à penser que le malheur n’arrive qu’aux autres ; comme si Dieu avait la nationalité sénégalaise. Pourtant, nous avons connu Le Joola, Bettenti, l’explosion de l’usine de l’ammoniac, les incendies de Madina Gounass, sans occulter les sécheresses et autres épidémies de peste, de choléra etc. Autant de leçons qui n’ont malheureusement pas été retenues. Pis, nous assistons à des scènes surréalistes avec nos imams qui bravent les interdits, et des fidèles formant des boucliers pour empêcher les forces de l’ordre de faire leur travail. Ces derniers sont même souvent nargués par certains jeunes qui défient les couvre-feux le soir. Loin de nous, non plus, l’idée de cautionner certaines bavures.

Ailleurs, des images saisissantes de l’esplanade de la Kaaba vide ont fait le tour du monde. Sans occulter des mesures inédites, de fermer la sainte mosquée de La Mecque. Mais aussi et surtout, celle du Prophète (AlMasjib Al-Nabawi) de Médine, considérée en Islam comme la seconde mosquée la plus sainte après le Masjid al-Haram de La Mecque, et avant la mosquée Al Aqsa à Jérusalem. Pour dire qu’il est temps qu’on fasse notre propre introspection.

Calame   

Publication Sud Quotidien du 02/04/2020

Comments are closed.