« Il ne faut pas salir notre victoire » , Aliou Cissé, Sélectionneur des Lions

0
162

L’expulsion des deux joueurs capverdiens n’entachent en rien la victoire des Lions. Aliou Cissé qui a fait face à la presse hier, après la victoire de son équipe synonyme de qualification en quarts de finale, refusé qu’on  la salisse. Mettre de l’intensité d’entrée de jeu 

«Tout le monde connaît le Sénégal ; on a besoin de jouer avec une certaine intensité. Mais, quand cette intensité n’est pas là, on a du mal à retrouver notre jeu. C’est pour cela que tout au long du match, j’ai demandé à mes joueurs de mettre beaucoup de vitesse et de transition pour emballer le match tout en allant chercher le ballon quand il sort. Cette intensité est vachement importante et en face il y avait une équipe qui fait de sorte que le Sénégal ne réussisse pas cette intensité là. Je m’amusais à regarder le match qu’on a joué contre la Guinée, le temps de jeu effectif pendant le match contre le Zimbabwe, la Guinée et le Malawi, le temps de jeu était d’une heure trente. Il y a pratiquement 60 minutes où le ballon est en dehors du rectangle vert. C’est pourquoi, il était important d’emballer le match, d’avoir plus de temps de jeu effectif et de mettre cette intensité dont le Sénégal a besoin pour faire la différence. 

Gana Guèye qui ne se lâche pas dans l’entrejeu

Je ne sais pas. Mais, une chose est sûre, aujourd’hui, quand, à la CAN 2019, j’ai fait jouer Gana Guèye devant beaucoup me l’ont reproché. C’est un garçon qui a des qualités offensives très intéressantes. Il est capable de se projeter et de faire cette passe décisive. Aujourd’hui encore, il aurait pu marquer. Il a des capacités à apporter sur le plan offensif, défensivement, personne ne met en doute les qualités intrinsèques du joueur. je crois qu’en termes d’agressivité, il fait partie des meilleurs milieux de terrain au monde. Au Sénégal, je lui demande de jouer autrement. Il faut qu’il s’adapte, qu’il soit persuadé qu’il est capable d’apporter offensivement. Il faut qu’il retrouve de confiance. 

Un œil sur la VAR 

J’ai toujours parlé de la VAR. je me suis toujours posé la question de savoir si c’est l’arbitre qui est au centre qui prend les décisions ou s’il y a un autre arbitre en haut. Ceci étant, dans le passé, on a bénéficié de la chance de cette VAR là, mais ça nous a plusieurs fois, porté préjudice. C’est toujours un débat, est-ce qu’on doit mettre la VAR ou pas ; moi, ce que je pense, c’est que l’arbitre central est le maitre du jeu. Il faut en, un moment donné lui laisser décider. Il peut se tromper comme un entraineur peut se tromper, comme un joueur peut louper une passe. Nous ne sommes que des êtres humains. Maintenant, ça fait des années qu’on me pose cette même question et que je réponde que je ne suis pas un fan de la VAR. on va toujours continuer à créer des débats autour de la VAR. A la Coupe du Monde 2018, on a vécu ça aussi contre la Colombie. Il y avait penalty sur Sadio Mané mis la Var en a décidé autrement. C’est comme ça. 

11 contre 9, une victoire sans saveur ?

On est très fiers de notre match. Nous venons de loin. On a vécu des moments difficiles et aujourd’hui, on a l’ensemble de notre groupe. Nous avons de la force, mais avec beaucoup plus d’humilité on avance. A onze, oui, on a pris le dessus dès l’entame du match. A dix l’adversaire a encore continué à reculer comme quand il jouait à onze. Il ne faut pas salir notre victoire nous sommes très fiers d’avoir gagné le match, nous sommes très fiers d’atteindre le quart finale et nous serons à Yoaoundé inchalah. 

Le positionnement  de Pape Guèye au milieu

On a mis Nampalys Mendy en pointe basse et puis Idrissa Gana Gueye beaucoup plus haut à droite et Pape Guèye à gauche. Ce que je leur avais demandé c’était de se projeter qu’ils ne viennent pas tous les deux à côté de Nampalys comme ça été le cas contre Malawi où on a vu Cheikhou (Kouyaté) descendre à côté de Nampalys tout comme Idy. On avait manqué de jeu à l’intérieur pour appuyer Sadio Mané, Boulaye Dia et Habib Diallo. On en a parlé grâce aux vidéos, on a pu se concerter. Bien sûr quand on est relayeur et que l’adversaire joue avec deux attaquants vous êtes amenés à demander le ballon un peu plus bas. C’est son premier match. Il est, avec Gana se lâche parce qu’ils doivent apporter offensivement même si défensivement, on attend beaucoup d’eux. Dans l’ensemble, je suis satisfait de Pape Guèye. Mon regret, c’est qu’il a une lourde frappe qu’il n’utilise pas surtout face à ces blocs bas. Un garçon comme Pape Guèye à une frappe très intéressante ; malheureusement dans le match, il avait la possibilité de le faire surtout en première période où, il avait une opportunité. 

Beaucoup d’occasions vendangées 

Par rapport au ratio d’occasions qu’on s’est créées, vous avez raison. Cela ne date pas d’aujourd’hui ; on a souvent des occasions mais on ne marque pas assez de buts. Aujourd’hui, je suis satisfait parce qu’on n’a pas pris de but ; cela veut dire que les défenseurs font leur travail correctement et les milieux de terrain font aussi leur travail correctement. Ngathié nghalama à nos attaquants qui défendent beaucoup en aidant les milieux de terrain et les défenseurs pour garder inviolés nos cages. Pour mettre dans d’excellentes conditions nos attaquants, nos milieux de terrain avec Gana Guèye, Pape Guèye  doivent oser casser les lignes. C’est comme ça le football, les attaquants aident les défenseurs en défendant bien. Les statistiques montrent qu’on n’a pas pris de but. J’aimerai aussi que, dans nos animations offensives qu’on essaie de donner le ballon beaucoup plus tôt en restant juste sur les passes. On fait beaucoup de mauvais choix quand on joue à gauche pour aller à droite et vis versa où quand on doit jouer en une touche de balle. On va rectifier. On a cinq voire six jours devant nous. Dans les animations dans les couloirs, que ce soit au milieu ou sur les cotés avec Bouna et Boulaye à droite, Saliou Ciss et Sadio à gauche. Famara Diédhiou a travaillé en point d’ancrage. Il a bien bloqué la défense adverse pour les faire reculer  et on a pu trouver des intervalles avec Sadio. Mon seul regret, c’est que Sadio Mané a joué un peu bas. Il aurait dû être un peu haut sur le terrain parce qu’il fait pratiquement quarante mètres pour venir percuter alors qu’il devrait rester sur les trente ou vingt dernières mètres pour qu’il puisse avoir cette fraicheur afin qu’il soit lucide devant les buts. 

Coups de pieds arrêtés 

Nous travaillons les coups de pieds arrêtés. Mais, un match de football, ce n’est pas seulement les coups de pieds arrêtés. Même si on sait que, dans des matchs très importants, ça se joue souvent sur les coups de pieds arrêtés offensivement que défensivement. Après, les coups de pieds arrêtés ou même les corners le timing entre le frappeur et le receveur n’est pas évident puisqu’en face, vous avez aussi des défenseurs qui défendent bien ; on peut avoir beaucoup plus d’occasions et d’opportunités sur ces phases arrêtées là. On doit y travailler. J’ai de très bons joueurs de tête. Si vous regardez le match contre le Zimbabwe, on a eu Pape Abou Cissé, face à la Guinée il y a Abdou Diallo ça a toujours passé de peu. Si, on marquait ces coups de pieds arrêtés, personne n’aurait rien à dire ; marquer des buts dans ces phases là n’est pas du tout évident. Marquer un but tout court dans cette CAN là n’est pas évident, non plus. 

Les nouvelles de Sadio Mané 

Je ne sais pas. En tout cas, j’espère que ça va. Il est actuellement à l’hôpital. On va voir. Je n’ai pas encore les nouvelles des médecins. J’espère qu’il n’y a rien de grave. Mais pour l’instant, je ne peux pas vous donner des informations sur Sadio. Il a eu un choc avec la gardien adverse. Il a vécu un malaise et il est sorti. 

Un milieu de terrain offensif

On a un milieu de terrain capable de se projeter devant ; il y a Pape Matar Sarr qui fait ça. C’est un garçon pétri de talent mis n’oubliez pas qu’il est resté longtemps à Dakar parce qu’il était atteint de Covid 19. A son arrivée ici aussi, il a eu une petite blessure qui l’a éloigné des pelouses pratiquement pendant toute la semaine. Les jeunes joueurs ont besoin de temps d’adaptation quand ils arrivent dans cette équipe nationale. C’est le cas de Krépin Diatta quand il est arrivé, on l’a laissé le temps de s’adapter le temps de connaître le haut niveau, le nveau international. C’était aussi le cas d’Ismaïla Sarr. Quand il est arrivé, il n’a pas joué tout de suite. C’est notre politique, on ne veut pas griller les joueurs. Quand Bamba (Dieng) est arrivé, il a patienté. On leur donne de petits temps de jeu. Pape Matar aura son temps de jeu. Mais, dans la situation actuelle il faut qu’il apprenne et qu’ils côtoie les joueurs les plus âgés que lui, qui ont plus d’expérience que lui. La CAN est une compétition très compliquée. Je compte sur Pape Matar Sarr. Aujourd’hui, Bamba est rentré et vous avez vu ce qu’il était capable de faire. Je n’ai vraiment aucun doute sur la qualité du garçon ; mais, comme je le dis, il ne faut pas qu’on les grille ; on doit, petit à petit les aider à être plus matures.  Matar fait partie du présent de cette équipe nationale, tout comme Pape Guèye, Sény Dieng, Pape Abou, Bamba Dieng. Ils feront aussi l’équipe nationale de demain. En tant qu’éducateurs, notre rôle est de les accompagner et de leur faire découvrir le haut niveau.  

Ismaïla est bien arrivé. Il est apte et ce qu’on s’était dit avec les médecins de Watford, d’ailleurs on a créé un groupe whatshap pour pouvoir échanger avec les médecins de son club. A Barcelone, l’objectif était qu’il se prépare là bas et qu’il vienne intégrer directement le groupe. il est arrivé hier (avant-hier) et on n’a pas pu l’intégrer sur la feuille de match d’aujourd’hui. Demain, il va reprendre l’entraînement et au bout de quatre voire cinq jours, il fera partie du groupe. On est optimistes. Il a l’air bien. Il est heureux. Il est excité d’être là, il est content d’être là et c’est un bon pédigrée dans notre animation offensive.  

Vers de chaudes empoignades en quarts

On va d’abord se reposer et récupérer. C’est la chose, la plus importante. Aujourd’hui, en toute humilité, on est prêts à affronter n’importe quelle équipe. Après, la Guinée -équatoriale a beaucoup changé. C’est une très bonne équipe qui joue au ballon. Le Mali n’est pas à présenter. C’est un pays frontalier et les matchs Sénégal-Mali, Sénégal-Guinée, Sénégal-Gambie et même Sénégal-Cap vert ont énormément de ferveur. En Afrique de l’Ouest, le football est en train d’avancer. On a eu beaucoup de qualifiés avec pratiquement huit équipes de l’Afrique de l’ouest qui sont venues à la coupe d’Afrique. Ca prouve qu’on est en train de travailler et des derbies on en aura. On en a eu face à la Guinée Conakry, on l’a aujourd’hui face au Cap-vert, peut-être qu’on en aura face au Mali u encore face à la Guinée Equatoriale.

Recueillis par nos Envoyés spéciaux au Cameroun A. THIAM et O. DIAW

Comments are closed.