Harcelement en ligne : plaidoyer pour une protection des filles

0
147

Pour protéger les filles contre les harcèlements en ligne, l’ONG Plan International avec ses partenaires ont organisé un atelier de trois jours qui a réuni différents experts afin de discuter sur cette problématique et les conséquences que cela  peut avoir sur la santé mentale des filles. Ainsi, les acteurs se sont engagés pour porter le plaidoyer auprès des décideurs afin que les filles soient mieux  protégées sur les réseaux sociaux.

Au Sénégal les filles sont souvent victimes du harcèlement en ligne. Elles  sont parfois exposées à des contenus pornographiques, insultées voire lynchées à travers les réseaux sociaux. Ce qui pourrait avoir un impact sur leur santé mentale. C’est pour cette raison que l’ONG Plan International avec ses partenaires ont organisé un atelier de trois jours qui a réuni  différents experts dans ce domaine et tous les ministères   concernés par cette problématique pour faire le plaidoyer  apurés des décideurs afin  que les filles puissent utiliser les réseaux sociaux de manière sécurisée. 

«Les filles souffrent beaucoup du harcèlement en ligne alors qu’elles n’ont même pas de répondants, même si des institutions sont créées à cet effet. Parfois elles portent plainte au niveau de ces institutions, mais sans retour. D’où la nécessité de discuter de la question et d’y associer les autorités  qui doivent mener ce combat afin que les filles puissent avoir gain de cause lorsqu’elles sont harcelées en ligne», a plaidé Alimatou Diaw, chargée de projet  à l’Association des juristes sénégalaises (Ajs).

Selon elle, l’AJS s’engage à  porter le plaidoyer auprès des décideurs car, souligne-t-elle, cela entre dans le cadre de leurs missions de protection des droits humains en général et des droits des femmes et des enfants en particulier. 

Ces pratiques qui sont souvent négligées dans notre société peuvent être à l’origine de nombreuses pathologies psychiatriques   chez la  fille   selon Aboubacar Diakhaté, psychologue conseiller à la division de la santé mentale du ministère de la santé et de l’action sociale.

«On retrouve souvent des pathologies psychiatriques  comme la Schizophrénie, la dépression, l’utilisation de la drogue chez les enfants qui sont souvent victimes du  harcèlement. Ces jeunes doivent être traités  dans  des centres de prise en charge. Toutefois, il souligne  que le nombre de ces centres est très  réduit au Sénégal. «Dans notre paysage médical, on a peu de centres qui prennent en charge ces pathologies chez l’enfant. Les seuls centres dont nous disposons  sont  le centre de prise en charge psychiatrique de Diamniadio, le Keur Khaleyi de Fann, Albert Royer et le Cpiad. Donc, quatre centres pour  toute la population jeune. C’est l’occasion de faire le plaidoyer auprès des autorités afin qu’elles essayent d’augmenter le nombre de structures de prise en charge des jeunes», lance-t-il.

NDEYE AMINATA CISSE

Comments are closed.