Grèves répétitives des enseignants : L’école publique de nouveau dans la tourmente  

0
251

Le secteur de l’éducation connaît une paralysie générale. Les syndicats d’enseignants sont sur le pied de guerre pour le respect des accords signés avec le gouvernement à travers des débrayages et des grèves. Face à ces mouvements d’humeur qui s’intensifient, les élèves ont lancé partout des manifestations pour la reprise des cours. Une situation qui atteste de ce que l’école sénégalaise est toujours dans la tourmente.

Les années passent mais la sempiternelle question du respect des accords signés entre les syndicats d’enseignants et le gouvernement demeure. L’année scolaire en cours n’a pas échappé à cette ritournelle. Elle a renoué de plus belle avec les perturbations des apprentissages. La hache de guerre déterrée par les organisations syndicales, après une année d’accalmie imposée par la situation sanitaire, s’est amplifiée. L’école sénégalaise s’enlise dans le cycle des grèves générales depuis le début de l’année. Rien que pour cette semaine, le G20 a lancé son premier plan d’action qui consiste en un débrayage le mardi 1er février 2022 et une grève totale les mercredi 2 et jeudi 3 février 2022 pour le respect des accords signé.

Quant au Saems et au Cusems qui en sont à leur 7e plan d’action, un débrayage est décrété aujourd’hui et demain sans oublier celui d’hier pour la correction du système de rémunération et le respect du protocole d’accord du 30 avril 2018. Une grève totale est prévue le jeudi 3 février, sans oublier le maintien du boycott de toutes les évaluations. Avec ces mouvements d’humeur, le gouvernement fait face à un front syndical sans précédent. Mais pour le directeur de la Formation et de la Communication du ministère de l’Education nationale, les enseignants doivent faire preuve de patience.

« Aujourd’hui, ce qui pose problème, c’est le régime indemnitaire qu’on appelle le système de rémunération parce que pour corriger un système qui a été déréglé par le précédent régime, il faudrait injecter dans la masse salariale beaucoup d’argent. Ce qui n’est pas possible. Il faut que les syndicats du moyen secondaire qui ont déclenché ces mots d’ordre, acceptent de s’asseoir avec l’Etat et surtout attendre que le nouveau gouvernement soit installé », a déclaré Mouhamadou Moustapha Diagne sur les ondes de la Rfm.

En effet, l’impact des grèves des enseignants sur les enseignements est énorme, surtout que l’on sait que l’année scolaire 2019-2020 a été presque « invalide » à cause de la covid-19. Conséquemment, l’année scolaire s’annonce compliquée pour les élèves à ce rythme.

Les ras-le-bol des élèves et des parents

Avec les grèves qui gagnent du terrain et deviennent de plus en plus généralisées, la tension a fini de monter d’un cran chez les élèves. Des mouvements de protestation ont eu lieu pour réclamer leur droit au cours. Partout au Sénégal, que ce soit à Dakar, Saint-Louis, Kolda ou encore à Dahra Djolof, les potaches se sont déchaînés dans les rues avec comme seul refrain « nous voulons étudier ». D’école en école, ils sont allés déloger leurs camarades du privé pour réclamer la fin des grèves et la reprise des enseignements. De leur côté, les parents d’élèves ont aussi exprimé leurs inquiétudes. Ils sont dépités et dénoncent l’omerta supposée des pouvoirs publics. Ils demandent de trouver la bonne formule pour une pacification définitive de l’école sénégalaise. Toutefois, les grévistes comptent reconduire leur mouvements jusqu’à satisfaction de leurs revendications à moins que le gouvernement ne les convainc à surseoir à leurs actions.

Mariame DJIGO

Comments are closed.