Grève illimitée des transporteurs de la Casamance : La levée du péage au pont de Marsassoum exigée  

0
121

Il n’y a pas eu de circulation des véhicules de transport en commun des voyageurs dans toute la Casamance en direction de Marsassoum hier, mardi 1er février. Ainsi en ont décidé les chauffeurs affiliés aux différents regroupements des transports des régions du sud du pays pour exiger la levée du régime de péage. La mesure devrait entrer en vigueur hier mais aux dernières nouvelles, elle serait reportée sine-die. Ce boycott annoncé pour une durée illimitée pourrait être suspendu si le péage n’entrait pas en vigueur dans les jours à venir.

Les chauffeurs affiliés aux différents regroupements des transports publics de la Casamance ont en effet mis leur menace de boycott du nouveau pont de Marsassoum à exécution ce mardi 1er février, date annoncée de l’application du péage. Le mouvement s’est épaissi aux conducteurs de moto taxis « Jakarta » à Marsassoum qui ont tout aussi mis la clé sous le paillasson. Dès les premières heures de la matinée, ils ont érigé des barricades sur l’entrée des deux sens du pont. Les gendarmes en service sur place les ont dissuadés à lever le blocus pour permettre aux particuliers de passer.   

La gare routière de Marsassoum &tait quasi vide et du côté de Sédhiou tout comme à Ziguinchor, aucun départ des véhicules de transport en commun des voyageurs en direction de Marsassoum n’a été noté. Si  l’on croit Modou Fall, le président du regroupement des transporteurs de Sédhiou, le mot d’ordre de boycott est strictement respecté et il en restera ainsi jusqu’à l’extinction de la mesure annoncée du péage de ce pont de Marsassoum, a-t-il martelé.

Et Modou Fall de poursuivre que si les ponts intérieurs du Sénégal devront être payants, c’est l’acte d’une mort programmée des transports en commun des voyageurs qui sera signé. A signaler que le péage annoncé n’a pas été effectif hier, mardi matin. Les transporteurs qui ont décrété un mot d’ordre de boycott illimité n’excluent pas de suspendre le mouvement s’ils constatent que l’option du péage est écartée.

Moussa DRAME

Comments are closed.