Gestion de la santé sous Senghor : Une vision qui se perfectionne

0
168

Le Sénégal a pris son indépendance en 1960 avec comme président feu Léopold Sédar Senghor. Durant son magistère, l’homme a cherché à mettre le doigt sur les problèmes sanitaires du pays qui a vécu différentes épidémies. Il a aussi mis l’accent sur la formation du personnel sanitaire. Chose qui l’a amené à transformer l’École de médecine en Faculté de médecine en 1962 après la création de l’Université Cheikh Anta Diop en 1957 par les colons. Selon des chercheurs, depuis l’indépendance le Sénégal est impliqué dans les grands programmes internationaux en faveur du développement et de la santé. 

Pour, le chercheur Ali Hamdan qui a axé ses travaux sur la thématique «de la médecine coloniale à la santé communautaire au Sénégal», depuis 1960, le Sénégal est passé d’un système de santé concentré dans les mains du pouvoir central à une décentralisation poussée, à travers les collectivités locales. «Le centralisme a été hérité du système colonial» a-t-il déclaré. Et de poursuivre : «des mouvements de contestation ont amené l’État à déconcentrer les services de santé dans les régions et les départements».

Une démarche qui a contribué à rapprocher davantage les services sanitaires des populations. Pour mettre la politique de santé en conformité avec les recommandations des partenaires techniques et financiers des organismes supranationaux, l’État sénégalais sous le magistère de Senghor s’est engagé, selon Ali Hamdan, dans une véritable décentralisation de son système de santé. «Aujourd’hui, celui-ci est organisé en trois niveaux : national, régional et départemental. S’il existe des hôpitaux nationaux et régionaux, les structures du troisième niveau sont des «centres», des «postes» et des «cases» de santé, sous la responsabilité de médecins au service de l’État». 

Et d’avancer : «ces derniers sont placés sous la tutelle des médecins régionaux, qui diffusent et appliquent les directives du ministère de la santé. Les collectivités et instances locales sont impliquées dans la gestion et le fonctionnement du système de santé : les hôpitaux régionaux sont régulés par les comités de planification des départements concernés, et des comités similaires encadrent le fonctionnement des centres, postes et cases de santé. Chacun de ces comités est composé de représentants de la société civile, d’élus locaux et de professionnels de la santé. Le système est financé par le gouvernement, les départements techniques et financiers et par les collectivités locales». 

Si le premier président de la République du Sénégal, Léopold Sédar Senghor, a jeté les bases du système de santé du pays qu’il a hérité du pouvoir colonial, il se perfectionne de plus en plus avec les autres gouvernements. Toutefois, certains programmes qui faisaient la force de la prévention a connu un net recul. Le service d’hygiène très actif dans la vaccination, la sensibilisation, la prévention des maladies comme le paludisme avec ses campagnes régulières de saupoudrage en pré-hivernale a presque disparu. Ce corps manque de beaucoup de choses qui l’empêchent d’accomplir sa mission d’alerte et de prévention. Durant son magistère, Léopold Sédar Senghor a également bénéficié de l’héritage des hôpitaux Aristide Le Dantec, de Principal et du centre hospitalier universitaire de Fann qui ont permis aux premiers médecins formés du pays de pouvoir exercer et de soigner les populations qui n’étaient pas si nombreuses. C’est durant son magistère que seront érigées les écoles des agents sanitaires de Saint Louis, les écoles des infirmiers et infirmières d’Etat, l’Ecole des assistants sociaux et éducateurs spécialisés. 

Denise ZAROUR MEDANG

Comments are closed.