Filière horticole dans le bassin arachidier : un manque de durabilité des périmètres collectifs relevé

0
311

L’étude pour l’analyse de la durabilité  des exploitions horticoles  collectives du bassin arachidier montre que les périmètres collectifs de la zone ne sont pas durables. Cette  étude réalisée par  l’institut pour la Bio Economie de l’Isra dans le cadre du Papsen/Pais assistance technique et recherche  pour le développement Ppat et Rd, a été restituée hier, jeudi 17 mars, lors d’un atelier  à l’Isra.

Les périmètres collectives de la zone du bassin arachidier ne sont pas durables en moyenne. Le score enregistré dans cette zone agricole est de 51,58%. C’est ce qui ressort des résultats d’une étude sur la durabilité des périmètres  maraichers collectifs du bassin arachidier. Une étude réalisée par  l’institut pour la Bio Economie de l’Isra dans le cadre du Papsen/Pais assistance technique et recherche  pour le développement Ppat et Rd. Elle  concerne les régions de Kaolack, Fatick, Diourbel et Thiès. Les conclusions de cette étude ont été partagées hier, jeudi 17 mars lors d’un atelier à l’Isra. Prise individuellement, aucune des quatre régions de la zone n’a atteint le seuil de durabilité. Néanmoins, la région de Kaolack se démarque avec un score de 53,36% et Fatick reste en dernière position  avec un score de 50,36%.

« L’étude s’est concentrée sur les périmètres horticoles collectifs. Elle analyse leur durabilité  c’est-à-dire  détermine  les facteurs qui font que ces périmètres sont durables  et les contraintes auxquelles ils sont confrontés. Ces périmètres ont des problèmes par rapport à plusieurs dimensions. D’abord par rapport à la dimension agro écologique, ce sont des périmètres qui ont un accès difficile aux intrants agricoles et  aux semences. Concernant la dimension économique, on se rend compte que ces périmètres n’ont pas un bon  niveau de  durabilité », explique Pape Abdoulaye Kane, économiste  chercheur à l’Isra Bame.  Il trouve que ces exploitations ont encore besoin d’appui et d’accompagnement des différents bailleurs. « En général  ce sont des Gie et  des associations de femmes qui se regroupent autour d’un périmètre et qui se débrouillent. Donc ils ont besoin d’un appui technique sur les pratiques agricoles, d’un appui financier  pour pouvoir accéder aux intrants  et d’un appui institutionnel pour être  plus formalisé », préconise-t-il.

NDEYE AMINATA CISSE

Comments are closed.