(Dossier) «Si une femme pense qu’un homme doit faire deux heures…c’est tout simplement pousser cette personne à recourir à des produits…», Dr Abdoulaye Kane, sociologue

0
245

Le plaisir sexuel intrigue depuis la nuit des temps et sa quête obnubile beaucoup de personnes, de nos jours. D’où le recours, désormais en masse, à des aphrodisiaques. Mais, ces produits qui sont souvent des mélanges de toute sorte, ne sont pas sans risques sur la santé. Le docteur Abdoulaye Kane, sociologue, nous livre des explications de ces «dérives» de la société et propose des solutions.

 

Qu’est qui explique cette tendance à recourir à des produits aphrodisiaques ?

Aujourd’hui, on fait face à un phénomène au Sénégal qui prend de plus en plus de l’ampleur c’est-à-dire l’utilisation abusive des produits  aphrodisiaques. Cela peut s’expliquer par plusieurs facteurs. Donc on peut parler de l’insatisfaction sexuelle des femmes parce que si la femme est insatisfaite au lit, force est de constater qu’elle va recourir à un autre moyen pour avoir de la satisfaction. Donc, il y a des femmes qui préfèrent, aujourd’hui, aller chercher des produits aphrodisiaques qu’elles vont donner à leurs maris pour avoir une satisfaction au lit. D’autre part aussi, les hommes font appel à des produits à la vessie afin d’être à la hauteur des attentes de leurs femmes parce que c’est une situation catastrophique de ne pouvoir être à la hauteur ou de ne pouvoir satisfaire sa femme ; cela peut être source de problème à la maison.

Maintenant pour éviter toutes ces difficultés, pour satisfaire pleinement sa femme ou bien être en mesure de recevoir d’un préjugé attentif, que ce soit du point de vue des hommes ou bien du côté des femmes, tous les deux peuvent faire appel à des produits aphrodisiaques. Aujourd’hui, le constat qui s’opère dans notre société, c’est quoi ? Toutes les personnes parlent de produits aphrodisiaques. On ne sait pas quels sont les types de produits que les gens utilisent ? Ils ne savent pas le dosage qu’il faut utiliser. Donc tous ces paramètres nécessitent une étude, une explication. Pourquoi telle ou telle personne font appel à ces produits ? Ce sont des questions qui méritent d’être devant la scène, pour aider aujourd’hui les Sénégalais à comprendre que tout excès est nuisible ou peut-être l’utilisation de ces produits aphrodisiaques peut avoir des conséquences négatives sur la santé du côté des hommes ou bien du côté des femmes.

Qu’est-ce qui a favorisé cette dérive de la société sénégalaise ; comment en sommes-nous arrivés-là ?

Comment sommes-nous arrivés à cette situation ? Rares sont les personnes qui peuvent expliquer. Mais ça peut s’expliquer par le fait qu’aujourd’hui le désir sexuel des hommes et des femmes tend de plus en plus à s’agrandir. Donc, si aujourd’hui ces femmes font appel à ces pratiques, c’est parce que, peut-être, dès que vous commencez à regarder des choses sur internet, parce qu’il ne faut pas oublier qu’avec les réseaux sociaux il y a par exemple les sites pornographiques que les femmes ou les hommes ont l’habitude de consulter, peut-être que ces sites pornographiques peuvent être une source ou bien une cause de l’utilisateur de ces produits aphrodisiaques. Dans la mesure où ce qui se passe dans les films est très différent de la réalité.

Pour moi, la performance sexuelle d’un homme ne peut pas dépasser 15 minutes maximum. Maintenant, si une femme pense qu’un homme doit faire deux heures, une heure trente minutes, c’est tout simplement pousser cette personne à faire quoi ? A recourir à des produits qui, aujourd’hui, peuvent être source de problèmes, qui aujourd’hui poussent les hommes et les femmes à se quereller dans les maisons.

La principale cause des divorces au Sénégal, c’est l’insatisfaction sexuelle parce que si la femme n’est pas satisfaite, c’est la source de frustration. Et cette frustration peut conduire l’homme à recourir à des produits aphrodisiaques ou bien peut-être, si la femme ne peut pas divorcer aussi, elle va faire tout pour trouver des astuces pour pouvoir permettre à son homme de donner une satisfaction au lit.

D’autres phénomènes qui poussent des personnes à l’utilisation de ces produits, c’est peut-être la communication. Vous savez qu’on ne partage nos expériences sexuelles. Et donc quand, par exemple, vous partagez vos expériences sexuelles avec vos paires ou bien vos camarades, vous dîtes vos ébats, racontez le plaisir que vous octroie votre mari au lit, certaines personnes qui ne sont pas satisfaites et qui n’arrivent pas à avoir ces genres de plaisir feront tout pour essayer de découvrir de quoi il s’agit exactement. C’est ce qui conduit aussi des femmes à aller, par exemple, chercher des produits traditionnels, des produits pharmaceutiques, pour pouvoir se satisfaire et donner la possibilité aussi à leur partenaire de procurer une satisfaction.

Donc, aujourd’hui, quand une femme reproche à un homme de l’insatisfaction ou de l’éjaculation précoce, les hommes aussi sont victimes d’éjaculation précoce. Pourquoi ? Parce que peut-être quand un jeune passe tout son temps à se masturber ou bien quand un jeune passe tout son temps à faire l’activité sexuelle, un moment viendra dans sa vie où il ne sera plus en mesure de tenir un bon rapport sexuel. Maintenant, à partir de là donc, l’homme aussi est tenté à faire autres choses et recourir à d’autres pratiques pour donner une satisfaction à sa femme.

Quels sont les solutions pour lutter contre ce phénomène ?

Pour des solutions, je pense qu’il faut aller vers l’éducation sexuelle et mieux même vers des campagnes de sensibilisation. Parce que la majeure partie des utilisateurs de ces produits aphrodisiaques ignorent les dangers encourus. Il n’y a pas de documentation utile dans l’utilisation de ces produits, il n’y a pas de personne digne de ce nom capable de donner la bonne information. C’est pourquoi il faut mettre un système de sensibilisation pour attirer l’attention des Sénégalais ; sensibiliser sur les effets secondaires, sur l’utilisation abusive mais aussi, dans une certaine mesure du possible, pour pousser certaines personnes à comprendre que la performance sexuelle ne peut être due à un produit aphrodisiaque, mais un aspect purement psychologique.

Pourquoi une éducation sexuelle ?

Parce que la question de la sexualité ne doit pas être un tabou. Il faut permettre aux gens de discuter de ces questions pour comprendre exactement : c’est quoi le sexe ? Comment procurer du plaisir à son partenaire ? C’est au tour des débats entre le couple pour comprendre qu’ils n’ont pas besoin d’aphrodisiaque ou faire recours à des objets dangereux qui, à la limite, détruisent l’état de leur santé. Et tout cela doit être couronné par un bon système de communication. Tant qu’il y a la communication à la maison, je pense qu’on peut régler ses problèmes. Mais là où il y a absence de communication, il y a mal-entendue et voire, plus tard, des problèmes qui peuvent conduire le partenaire à recourir à des pratiques pas catholiques, des produit aphrodisiaques qui sont aujourd’hui, malheureusement, entrain de détruire la santé de couples ou bien de Sénégalais.

PROPOS RECUEILLIS PAR SEYNABOU BA (STAGIAIRE)

Comments are closed.