« D’ici 20 à 30 ans l’Afrique de l’ouest devra former plus de 2 millions d’enseignants », Geoffroi Montpetit, Administrateur de l’OIF

0
487

Le besoin d’une formation de qualité des enseignants et professeurs dans toute l’Afrique de l’ouest est estimé à plus de 2 millions d’ici les 30 prochaines années. Un défi que l’initiative francophone pour la formation à distance des maîtres (Ifadem) entend relever.  

Le Comité de pilotage de l’initiative francophone pour la formation à distance des maîtres (Ifadem) s’est réunie samedi dernier en session ordinaire, à Dakar à l’effet d’examiner l’état d’avancement de l’initiative dans les pays impliqués à ce jour, de mettre en lumière un certain nombre d’acquis et d’émettre des recommandations pour les deux prochaines années. De cette réunion, après celle tenue en 2017, il en ressort que les résultats sont probants et l’Initiative a fait preuve de résilience et d’innovation pour appuyer les pays dans la continuité pédagogique en période de crise sanitaire covid-19.

Toutefois, l’administrateur de l’Organisation internationale de la francophonie (Oif), Geoffroi Montpetit de relever le défi majeur de la capacitation des enseignants à travers l’Ifadem. Pour les prochaines années, dira-t-il : « Nous avons donné une nouvelle impulsion à l’Ifadem afin qu’elle continue à venir en aide aux pays membres pour moderniser leur système éducatif », puisque nous savons que « d’ici 20 à 30 ans l’Afrique de l’ouest devra former plus de 2 000 000 d’enseignantes et enseignants, de professeurs pour répondre à la demande ».

M. Montpetit de souligner ceci : « L’année dernière, l’Oif a procédé à une vaste consultation pour s’imprégner des aspirations de nos jeunes et l’une de ses fortes aspirations est le développement de leur communauté. Ce qui implique de facto une éducation de qualité. Donc, nous mesurons le niveau de responsabilité à garantir une éducation de qualité à ces jeunes ». D’où cette initiative, objet d’évaluation avec les représentants respectifs des 16 pays que sont le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, la Côte d’ivoire, la Guinée, Haiti, le Liban, Madagascar, le Mali, le Niger, la République démocratique du Congo, le Sénégal, le Tchad, le Togo et l’Union des Comores. L’Ifadem en tant qu’instrument vise à contribuer à l’amélioration de la qualité de l’enseignement par le levier de la formation continue des enseignants.

Le Comité de pilotage, organe d’orientation stratégique de l’initiative, est constitué des ministres de l’éducation membres de l’initiative, de l’administrateur de l’Oif, du recteur de l’Agence universitaire de la francophonie (Auf), du secrétaire général de la Conférence des ministres de l’éducation des Etats et gouvernements de la francophonie (Confemen) et de la directrice de l’Institut de la francophonie pour l’éducation et la formation (Ifef).

Slim Khalbous, Recteur de l’Auf de soutenir que « l’initiative fournira plus de solutions pour le renforcement des capacités des enseignants et de leurs encadreurs pédagogiques dont Ifadem 100% en ligne qui est une formation entièrement à distance ». L’accent est également mis sur « le renforcement des compétences des enseignants, des directeurs d’école et des chefs d’établissement pour une éducation équitable, inclusive et de qualité pour tous », a-t-il ajouté.

JEAN PIERRE MALOU

Comments are closed.