Dégradation des droits de l’Homme en Guinée Bissau : la LGDH interpelle la communauté internationale

0
171

Dans une lettre ouverte adressée au Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, au président en exercice de l’Union africaine, Macky Sall et au président de l’Union européenne, Ursula Von Der Leyen, la Ligue guinéenne des droits de l’Homme (LGDH) tire la sonnette d’alarme sur la dégradation des droits de l’Homme en Guinée, sous l’actuel régime.

«Le tableau flou des droits de l’homme est toujours éclipsé par un climat ostentatoire d’insécurité généralisée soutenue par la crispation politique, à l’image de l’émeut du 1er février, au palais du gouvernement qui a fait 11 morts et plusieurs blessés, selon les chiffres officiels publiés par le gouvernement», peut-on lire sur la lettre ouverte qui rappelle le contexte d’instabilité politique qui secoue la Guinée Bissau. Une situation qui aurait poussé les autorités du pays à instaurer un «climat de terreur», selon les «Droit de l’hommistes».

En effet, dans ladite lettre signée par Auguto Mario da Silva, président de la Ligue guinéenne, il a été fait mention d’enlèvements et de détentions arbitraires, de perquisition illégale de domiciles privés. Pis, des cas de persécutions, d’intimidations et de menaces de mort à l’encontre d’activistes et de dirigeants de la LGDH, de journalistes, entre autres, ont été déplorés. À ne pas oublier les enlèvements et tabassages qui seraient l’œuvre d’une milice du régime en place.

En raison de tout ce qui précède, la LGDH exhorte l’intervention vigoureuse de la communauté internationale.

Il s’agit, entre autres, de demander aux autorités nationales de mettre immédiatement fin à la vague d’arrestation arbitraires, d’intimidations et de menaces ; d’influencer la création d’un comité d’enquête indépendant pour mettre la lumière sur les émeutes en début de mois ; d’exiger des autorités le respect des obligations internationales en matière de droits de l’homme.

J M D

Comments are closed.