Curie romaine: pourquoi la réforme du pape François est une révolution

0
244

Le 19 mars, une nouvelle Constitution apostolique a été publiée, fixant de nouvelles règles pour le fonctionnement de la Curie, l’organisme central de l’Église catholique. Entre volonté de décentralisation et lutte contre le cléricalisme, ce document, fruit de neuf ans de travaux, est l’un des derniers grands chantiers du pontificat du pape François.

Le pape François aime les symboles. Le 19 mars, neuf ans jour pour jour après son intronisation sur le trône pontifical, le pontife argentin a fait publier Praedicate evangelium, (« Annoncer l’Évangile »), la nouvelle Constitution apostolique qui renouvelle le règlement de la Curie. Un document que certains au Vatican n’attendaient plus, tant l’accouchement a été difficile, mais qui restera un texte majeur de son pontificat. Cette Constitution, qui doit rentrer en vigueur le 5 juin, jour de la Pentecôte, est le « nouveau règlement général » interne à l’Église, qui fixe le fonctionnement des différents organes de la Curie, à commencer par les « dicastères », les principaux départements du plus petit État du monde, sorte de « ministères » au Vatican.

Le document était en germe dès le début du pontificat de l’Argentin, qui a succédé à un pape Benoît XVI écrasé par le poids des scandales et les blocages de la Curie. Lors des réunions d’avant le conclave de mars 2013, au cours desquelles les cardinaux échangent sur les priorités qu’ils souhaitent pour l’Église et le futur pape, nombre d’entre eux avaient formulé le souhait d’une telle réforme. La dernière Constitution, Pastor Bonus, datait de Jean-Paul II qui l’avait promulguée en 1988.

Rome n’est plus le centre du monde

« C’est un texte majeur qui contient beaucoup d’orientations, pour certaines prophétiques afin que l’Église exerce sa mission dans le monde d’aujourd’hui », selon Mgr Patrick Valdrini, professeur émérite de droit canonique à l’université pontificale du Latran à Rome. Par ce texte, François transforme la Curie et « mieux, en exige une forme de conversion », explique cet expert.

L’un des principaux fils rouges de ce nouveau document de 54 pages est la décentralisation. Il s’agissait en effet dans l’esprit du pape de montrer que la Curie n’est pas un simple appareil administratif romain mais est bien au service de la mission de l’Église : annoncer l’Évangile. Cette décentralisation s’est vue déjà dans la création du « Conseil des cardinaux » que François avait mise en place dès avril 2013, chargée de préparer cette réforme, et composée de prélats des cinq continents.

« Le pape cherche à ce que cette Curie corresponde exactement à ce qu’il veut que soit son pontificat »,souligne Mgr Valdrini, évoquant des termes déjà entendus ces dernières années comme « sobriété » ou « transparence »De fait, cette nouvelle Constitution vient parachever des réformes déjà amorcées lors du pontificat, comme en matière financière, où François a fait rationaliser les coûts et apurer les finances du Saint-Siège.

Une ouverture aux laïcs

Autre nouveauté majeure, la place accordée aux laïcs. « Tout fidèle peut présider un dicastère ou un organisme », peut-on lire dans cette Constitution. Jusqu’ici, les différentes sections de la Curie, – à l’exception de la communication – sont dirigées par des évêques ou des cardinaux.

« Il est clairement écrit que le pouvoir de gouvernement dans l’Église ne vient pas du sacrement de l’ordre, des prêtres », confie le père Michel Kubler, ancien rédacteur en chef religieux du quotidien La Croix. « Désormais le Pape délègue pour que l’on fasse le travail en son nom »Ce religieux assomptionniste, aujourd’hui basé à Rome, évoque « un changement de paradigme ecclésiologique qui renverse le fonctionnement de la Curie tel qu’il était depuis des siècles ».

Praedicate evangelium porte l’empreinte de François. Pour lutter contre tout carriérisme au cœur de l’Église, il a désormais fixé des mandats de cinq ans à la tête des dicastères du Vatican, renouvelables une seule fois. Autre changement notable, la création d’un « dicastère de la charité », l’un des thèmes-clés de son pontificat. Jusqu’ici, c’est l’Aumônerie apostolique qui était chargée d’organiser l’aide aux plus pauvres, souvent à Rome. Dorénavant, la charité a rang de « ministère » et se veut plus universelle. « La raison d’être de l’Église, c’est d’annoncer l’Évangile et non de surveiller la foi et les mœurs »souligne le père Kubler.

Avec cette Constitution, le pape François vient clore un des derniers grands chantiers de son pontificat. Reste maintenant à ce qu’elle se mette en pratique, pour faire mentir un adage trop souvent entendu à Rome : « Les papes passent, la Curie reste ».

RFI.FR

Comments are closed.