Cultures urbaines : des filles chantent pour défendre leurs droits

0
400

Khadija Coumba  et Nabouja, trois filles de la banlieue dakaroise  ont fait vibrer l’institut français  de Daka, lors du concert de l’artiste Matador  samedi dernier. Face à un public très jeune, ces filles  ont, à travers leurs voix, chanté pour  dénoncer  le harcèlement en ligne  dont sont victimes les filles.

Coumba Khadija et Nabouja, trois filles de la banlieue de Dakar ce sont fait distinguer sur scène samedi dernier à l’institut français, lors du grand concert de l’artiste Matador. Agées entre 19 et 20 ans, elles ont su  à travers le son et le rythme  capté l’attention  du public venu nombreux pour assister au concert. Elles ont été  choisies, après une sélection  dans le cadre du projet Baka sister create pour participer à la campagne Pass the mic (passer le micro en anglais). «  Pass the Mic est une activité du projet Baka sister create, financée par Plan International, pour faire connaitre les droits des filles. C’est un échange entre la Suède et le Sénégal.  En effet, 3 filles du Sénégal et 3 filles de la  Suède ont ensemble choisi un thème pour dénoncer leurs problèmes à travers la musique », informe Khadija, artiste  élève en classe de Terminale. Ces filles ont partagé leur culture avec leurs camarades de la Suède via internet. Ce qui constitue un grand apport dans leur carrière musicale. « Le projet nous a  apporté beaucoup de choses. Je manquais de confiance en soi mais maintenant  grâce au projet, je m’exprime bien en public. Nous avons eu à connaitre des jeunes filles suédoises de  notre âge comme Isabella Noella  et Mireilla. Même si on ne les voyait pas physiquement, on les sentait à travers la musique », confie  Nabouja,  20 ans élève en classe de Terminal  et fille leader du projet  Baka sister create.

Pour cette campagne Pass the mic, les filles ont choisi comme thème le harcèlement en ligne. En effet, elles ont constaté que les femmes sont souvent victimes du harcèlement  que ce soit dans les lieux publics, aux bureaux. Selon elles, c’est quelque chose qui est fréquent et qu’on a tendance à négliger. Pour porter le plaidoyer, elles ont réalisé deux sons  portant sur ce thème.  « Nous sommes les voix des sans voix. Nous devons  défendre les droits des filles de notre âge à travers la musique que nous faisons », déclare  Coumba, 19 ans, étudiante en  2éme année de Licence  en génie informatique, fille leader de Baka sister create.

MATADOR ET ADJIOUZA : LES AMBASSADEURS DES FILLES

L’artiste rappeur Matador et la chanteuse Adjiouza ont été  choisis pour être les ambassadeurs de ces filles. Un choix qui n’est pas fortuit, car  pour  Coumba et ses camarades,  ces deux artistes représentent  beaucoup de choses de par leurs expériences et les obstacles qu’ils ont eu à surmonter  pour se faire une place dans la scène musicale sénégalaise. « Matador nous encadre et nous protège.  C’est lui qui nous a appris à écrire les textes. Si on ose se mettre devant les gens sur scène  pour faire du spectacle, c’est grâce à lui. Concernant Adjiouza, elle nous a accompagnées durant cette campagne  et elle a aussi partagé avec nous son expérience  en tant que femme. Ce qui nous  motive et nous inspire car on ne doit pas baisser les  bras. Nous devons en tant que filles nous battre pour nos droits », soutient-elle.

Le Rappeur Matador  qui a acquis une expérience de plus de 35 ans dans le Hip Hop, pense qu’il est temps de passer le micro  aux jeunes  surtout les filles, car elles ont leur mot à dire dans la société  et disposent aussi du talent qu’il faut pour s’imposer. « Nous, les anciens, on doit passer le micro aux plus jeunes pour qu’elles s’expriment. C’est en travaillant avec les filles que je me suis rendu compte qu’il y a beaucoup de choses à régler dans notre société.  La musique, c’est un milieu très compliqué. Mais  on est là pour relever les défis. C’est ça les cultures urbaines. Si elles ont été choisies, c’est qu’on sait qu’elles seront à la hauteur .Notre rôle,  c’est de faire comprendre à la société que les filles peuvent atteindre un niveau plus élevé  et aller plus loin », a-t-il indiqué.

NDEYE AMINATA CISSE

Comments are closed.