Covid-19, revendications des syndicats d’enseignants, violences dans les universités…: L’école, entre malaise et mal-vivre en 2021

0
139

L’année 2021 tire à sa fin. De la Covid-19 en passant par la sempiternelle question des revendications des syndicats d’enseignants, le recrutement des 5000 enseignants, le budget de 10 milliards de F Cfa pour la confection de tenues scolaires jusqu’à la violence dans les universités, l’année qui décline a été marquée par des remous qui n’ont pas été sans conséquences sur l’année scolaire.

Comme  2020, l’année 2021 a été marquée par l’épidémie de Covid-19, obligeant le gouvernement à instaurer un protocole sanitaire tout au début de la rentrée des classes, afin de protéger les élèves et les personnels. Parmi les annonces qui ont marqué l’année 2021 dans le secteur de l’éducation, il y a le recrutement de 5000 enseignants pour le préscolaire, le primaire, le moyen secondaire, y compris les Daaras modernes et l’enseignement arabe, devant permettre d’améliorer le système éducatif.

Cette annonce du  Président de la République, Macky Sall qui avait été faite lors de son allocution à la Nation à la veille de la fête de l’indépendance le 4 avril, entrait dans le cadre de la lutte contre le chômage de jeunes. Un appel à candidature avait ainsi été lancé mais dans cette affaire, certains syndicalistes ont crié au scandale. Selon eux, tout ne s’est pas passé dans les règles de l’art. Ils parlent de « recrutement d’enseignants de l’Apr à la place de jeunes aptes et compétents ».

Des accusations que le ministère de l’Education nationale a battues en brèche. La mesure de confection de tenues scolaires dans le préscolaire et dans le primaire annoncée par le Président Macky Sall en Conseil présidentiel sur l’emploi et l’insertion sociale des jeunes au mois d’avril et qui a pour objectif d’atteindre une meilleure égalité et harmonie sociale à l’école, aura également marqué l’année 2021. Sur ce, le budget de 10 milliards prévu par l’Etat du Sénégal a suscité beaucoup de critiques de la part des syndicats d’enseignants et de la société civile. A les en croire, la priorité, c’est le recrutement d’enseignants, l’éradication des abris provisoires, l’achat de tables bancs…

L’année 2021, c’est aussi la sempiternelle question du respect des revendications des syndicats d’enseignants. Après près d’une année sans mouvement en raison de la crise sanitaire, les syndicats d’enseignants sont montés au créneau pour exiger la matérialisation des accords signés avec le gouvernement. Et  pour se faire entendre, le G20 et le G7 ont décrété des grèves et des débrayages. D’ailleurs, le 17 décembre, le G20 a déposé un nouveau préavis de grève pour exiger la satisfaction de sa plateforme revendicative notamment le respect des accords d’engagements, la question du système de rémunération équitable. Au bout, le G20 souhaite parler directement avec le Président de la République, car ses multiples rencontres avec les ministres n’ont pas été « fructueuses ».

On ne peut pas raconter 2021 dans le secteur de l’éducation sans parler de la grève des enseignants à Dakar et dans les régions à la suite d’une série d’arrestations liées à l’affaire Ousmane Sonko. Des enseignants ont observé une journée noire et une grève de 24 heures en guise de soutien à certains de leurs camarades. L’année 2021, c’est aussi une année mouvementée dans les universités du Sénégal. Récemment, la situation a été tendue à  l’université Alioune Diop de Bambey. Des affrontements ont eu lieu entre forces de l’ordre et étudiants. Ces derniers réclamaient la lumière sur la mort d’un des leurs, quelques jours après une intoxication alimentaire dans un restaurant du campus, l’annulation de la session unique mais aussi le rétablissement des amicales d’étudiants. En guise de soutien à leurs camarades, les étudiants de l’Ucad et de l’UGB ont aussi manifesté devant leurs campus.

Avant cela, des scènes de violences avaient été constatées à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar menant au saccage des restaurants. Ce qui  a entraîné des sanctions à l’encontre des étudiants par le conseil de discipline. Au total, le Conseil avait prononcé 37 exclusions pour 5 ans, 37 exclusions pour 2 ans et une exclusion définitive. Cette décision marque ainsi la volonté des autorités de l’Ucad de mettre fin à l’impunité afin de combattre la violence dans l’espace universitaire.

Mariame DJIGO

Comments are closed.