Covid-19: l’UE autorise les producteurs de vaccins à exporter sans autorisation au préalable

0
128

Depuis le 1er janvier, les producteurs de vaccin anti-Covid n’ont plus besoin de demander d’autorisation pour exporter des doses hors de l’Union européenne. Une décision forte de la part de Bruxelles, qui jusqu’ici tenait à son protectionnisme vaccinal.

Pourrait-on voir ici une ouverture dans le protectionnisme vaccinal de l’Europe? Jusqu’à présent, pour exporter leur sérum hors de l’Union européenne, les producteurs de vaccin anti-Covid devaient obtenir l’accord de l’État membre d’où ils envoyaient les doses, et de la Commission européenne. À partir de ce 1er janvier, c’est fini.

Pour autant, ils auront toujours des comptes à rendre à Bruxelles puisqu’ils devront prévenir les autorités douanières de leurs exportations. L’Union européenne avait mis en place ce système d’autorisations au début de l’année pour s’assurer du bon approvisionnement de vaccins en Europe.

Mais surtout, l’idée était de vérifier que les laboratoires tiennent bien leurs engagements contractuels, en particulier AstraZeneca, que Bruxelles accusait de ne pas honorer ses commandes. Une expédition de 250 000 doses du laboratoire vers l’Australie avait d’ailleurs été bloquée en mars depuis l’Italie.

Offrir un accès à la vaccination pour les pays les plus vulnérables

Cette décision sur l’exportation des doses de vaccin sans autorisation préalable va dans le sens d’une meilleure distribution des vaccins à travers le monde qui demeure insuffisante selon Frédéric Bizard, professeur, d’économie de la santé à l’ESCP. Selon lui, les pays riches doivent aller plus loin pour offrir aux pays les plus vulnérables un accès à la vaccination.

« On n’arrivera pas à sortir de cette pandémie ou il y a une probabilité qu’on ne puisse pas en sortir aussi rapidement qu’on pourrait en sortir s’il n’y a pas une vision internationale la plus efficace possible de la distribution des vaccins. Et ça, c’est quelque chose de possible si les grands racheteurs comme l’UE et les États-Unis mettaient des conditions, non pas en restreignant les exportations, mais en conditionnant leur achat. »

Le professeur d’économie de la santé explique par exemple, que l’achat d’une dose de vaccin pour l’Europe devrait s’accompagner de l’achat d’une dose pour les pays à faible revenu.

« Pour les pays à faible revenu, les laboratoires se sont engagés à vendre au prix coûtant. Il est évident que s’il n’y a pas ce genre de deal avec les pays qui achètent au prix fort, les laboratoires ne sont pas incités à vendre à prix coûtant aux pays pauvres. »

Accusée par certains de ne garder ses doses que pour elle, l’Union européenne se félicite tout de même d’avoir exporté plus d’un milliard de doses dans le monde, soit plus de la moitié de sa production. L’Union s’est également engagée à donner 700 millions de doses d’ici à la mi-2022 aux pays les plus vulnérables, pour atteindre son objectif: que 70% de la population mondiale soit vaccinée.

(rfi.fr)

Comments are closed.