Coups de force dans la sous-région : la question de la citoyenneté remise sur la table 

0
123

«Les transitions démocratiques en Afrique de l’Ouest». C’est le thème soumis au débat avant-hier, mercredi 16 février, au Pencum Warc. Occasion pour les panélistes d’aborder le problème des coups d’états militaires et constitutionnels et la nécessaire transformation de la Cedeao.

«Je mets cette réflexion en lien justement avec la question de la citoyenneté. C’est pour ça que mon texte, je ne l’ai pas intitulé transition démocratique mais transition citoyenne. Comment, chacun d’entre nous, comment de manière collective, sommes-nous des propriétaires, sommes-nous les garants, sommes-nous les gardiens de notre pays, de notre sous-région et de notre continent », se demande Mme Eugénie Rokhaya Aw, professeur en journalisme.

En guise d’illustration, elle invoque une réflexion d’un nigérien qui rappelle que «la démocratie devrait être un processus basé sur un contrat social et qui inclut l’existence de deux entités : l’Etat et l’institution citoyenne. Donc, les citoyens». Selon, Mme Aw, «si la naissance du citoyen est la première étape sur le chemin de la construction de la démocratie, il ne peut y avoir de démocratie sans démocrate et aux yeux de l’histoire, l’acteur démocratique est le citoyen».

«Où en est-on, aujourd’hui, quand on parle de citoyenneté autour de ces questions de gouvernance, de justice, de liberté publique ? La situation à laquelle nous faisons face aujourd’hui, montre à quel point la gouvernance a continué de s’éroder avec l’effondrement des valeurs», s’interroge-t-elle. Avant de relever que « les tenants du pouvoir d’Etats se montrent de plus en plus agrippés à leurs postes et agrippés à tout ce qui peut leur permettre d’être vus. Et la politique semble être un jeu d’acteurs interchangeables encouragé par la culture de la transhumance».

De plus, elle parle de la justice qui est aujourd’hui très décriée un peu partout. «La justice semble être à deux vitesses. Quand nous avons ceux qui semblent être des concurrents politiques, la justice passe très rapidement, mais pour le petit peuple, il faut quelque fois des années. Mais, il y a aussi le traitement de certaines affaires sensibles comme les citoyens, victimes des violences des forces de sécurité et la vérité prend du temps à être connue».

Par conséquent, pour sortir de cette crise, Mme Aw recommande de «hausser le courage d’un retour général sur nous-mêmes, moralement et éthiquement et analyser l’incidence de nos mentalités sur les institutions et organisations. Apprendre le débat démocratique et contradictoire, récréer de véritables écoles de partis».

Ousmane GOUDIABY (Stagiaire)

Comments are closed.